Deux avions MA 60 officiellement reçus à Yaoundé

Au nom du chef du gouvernement, le ministre des Transports a reçu les deux aéronefs mardi à l’aéroport international de Nsimalen et les a rétrocédés à Camair-Co.

L’un, à la suite de l’autre, les deux avions MA60 ont fait le tour de piste et ont pris leur envol. Comme pour séduire le public, ils sont passés et repassés à ras-de-terre autour de l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen avant d’atterrir finalement, sous l’acclamation générale. Ça, c’était le vol inaugural de ces aéronefs d’origine chinoise, officiellement réceptionnés hier à Yaoundé par Robert Nkili, ministre des Transports, représentant du Premier ministre chef du gouvernement. Une cérémonie qui a drainé du beau monde à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen, à l’instar de Laiwexuan, président d’AVIC International, société constructrice des aéronefs MA60.

C’est la première fois qu’il foule le sol camerounais, venu spécialement pour rassurer sur la fiabilité de ses avions. Il a expliqué à cet effet que « AVIC compte 134 filiales et représentations à travers le monde. Nous avons déjà produit plus de 1 400 engins dont 400 livrés en Afrique. Au Cameroun, le premier MA60 offert et mis à la disposition de l’armée compte à cette date 1130 heures de vols sécurisés, aucun incident n’a jamais été souligné », a précisé Laiwexuan. Il en a d’ailleurs profité pour dire toute sa gratitude à l’armée camerounaise, « pour la maintenance continue et la bonne tenue de cet avion qui a servi entre autres au transport des otages français libérés de Boko Haram et aux rapatriements des Camerounais de la Centrafrique ». Concernant les deux nouveaux MA60, le président d’AVIC International s’engage à fournir et à former du personnel pour leur maintenance.

Pour sa part, le ministre des Transports a rappelé le processus d’acquisition de ces avions. A ceux qui estiment que cela a été long, Robert Nkili indique que « le gouvernement a voulu s’assurer que tout était parfait, conformément aux normes internationales en la matière, et satisfaisant par rapport aux clauses des accords conclus à ce sujet ». De toute façon, les deux MA60 sont au Cameroun, arrivés le 1er avril dernier par Douala et habillés aux couleurs de la compagnie aérienne nationale Camair-Co. La cérémonie d’hier à Yaoundé, considérée comme « l’ultime étape de l’acquisition de ces avions », a ainsi été ponctuée, d’une part, par la signature des documents de livraison et de réception entre le Cameroun et la République populaire de Chine.

Et d’autre part, par la remise des clés des avions au président du conseil d’administration de Camair-co, Edouard Akame Mfoumou. A lui, à la direction générale et à tout le personnel de la compagnie, le ministre Nkili demande d’optimiser et de rentabiliser l’investissement. Aussi, leur a-t-il rappelé que le ciel est libéralisé, la concurrence est ouverte et pourrait bien convoiter les lignes nationales, exclusivement desservies par Camair-co en ce moment. Ultime recommandation du ministre, que Camair-co soit agressive au plan commercial pour qu’on puisse bientôt voir les aéronefs MA60 sur le tarmac de l’aéroport de Bamenda, Bafoussam, Tiko, Bertoua, etc.