Deux ambassadeurs au Sénat

Holger Mahnicke  (Allemagne) et Kunio Okamura  (Japon) ont été reçus mercredi par le président de la chambre,  Marcel Niat Njifenji.

L’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne, le premier hôte à être reçu mercredi par Marcel Niat Njifenji, président du Sénat, affirme que c’était  juste une visite de courtoisie qui a servi de prétexte pour faire le tour de la coopération bilatérale entre le Cameroun et la République fédérale d’Allemagne. Les deux hommes partagent la nécessité d’intensifier ces relations, confie Holger Mahnicke. « Nous avons convenu aussi de redynamiser les rapports entre le Bundestag (le parlement allemand) et le Sénat camerounais », ajoute le diplomate allemand. L’ambassadeur suggère des visites régulières et mutuelles entre les membres des deux institutions. « Le continent africain est présenté comme un continent de crise. Il faut inverser cette perception et montrer aux yeux du monde que l’Afrique et certains de ses pays comme le Cameroun, ont beaucoup à offrir au monde, surtout sur le plan économique. Nous comptons intensifier la coopération bilatérale sur le domaine économique. C’est le point faible de la coopération entre le Cameroun et la République fédérale d’Allemagne », confesse le diplomate. L’Allemagne est intéressée par le secteur des infrastructures, le transport, notamment. « Nous connaissons une entreprise allemande qui envisage de s’installer au Cameroun afin de profiter de toutes les opportunités de développement offertes », affirme Holger Mahnicke.

Après lui, est arrivé Kunio Okamura, ambassadeur du Japon au Cameroun. « Lorsque je suis arrivé au Cameroun il y a un peu plus de deux mois, j’ai rendu une visite de courtoisie au président du Sénat. J’avais, à ce moment là, très peu d’informations sur la présence des Japonais sur la scène économique du Cameroun. Je reviens aujourd’hui avec des idées plus précises sur ce que nous faisons au Cameroun. Un peu partout, des entreprises japonaises travaillent dans divers secteurs : les infrastructures, l’agriculture, etc. Les écoles japonaises sont l’une des meilleures vitrines de notre présence au Cameroun. Nous agissons également dans l’adduction d’eau potable », se réjouit le diplomate japonais qui affirme s’atteler à encourager la participation du secteur privé japonais à l’émergence du Cameroun.