camernews-Brice-Nitcheu-Manif

Déstabilisation du CODE : Quand deux membres infiltrés au CODE dînaient avec le tueur de Guerandi à Bruxelles

Déstabilisation du CODE : Quand deux membres infiltrés au CODE dînaient avec le tueur de Guerandi à Bruxelles

L’article de Jeune Afrique,  qui décrit en détail les étapes qui ont conduit à l’assassinat du Camarade-Capitaine Guerandi Mbara, met en lumière des faits gravissimes. Ceux ci, incidemment, jettent un éclairage nouveau sur les collusions de deux membres du CODE, les sieurs Marcel Tchangue et Elie Kadji. Ces derniers ont rencontré pendant de longues heures dans un hôtel de Bruxelles, le 04 avril 2014, le commissaire divisionnaire James Lobe Elong, que Jeune Afrique présente comme l’assassin de Guerandi,  ce qui nous emmène à nous poser des questions légitimes sur les missions de ces deux personnages au sein de la diaspora combattante.

En effet, le CODE et d’autres organisations patriotiques de la diaspora avaient lancé une manifestation le 4 avril 2013, pour protester contre la présence de Paul Biya, en visite  à Bruxelles. Pendant la manifestation, quatre de nos camarades sont arrêtés par la police belge, parmi lesquels, Dr Patrice Djoumi, l’ecrivain Bertrand Teyou et Dr Moise Essoh. Ils sont conduits manu militari et détenus dans un commissariat de la ville. Au même moment, les sieurs Tchangue Marcel et Elie Kadji, prétendant agir au nom du CODE, dînent copieusement, avec le commissaire James Lobe, dans un hôtel de Bruxelles, non loin du lieu de détention de nos camarades.

Ils discutent de la mise sur pied d’un protocole de dialogue entre le CODE et le pouvoir en place. Les deux partis tombent d’accord sur la reconnaissance, par le CODE, de la légitimité du régime corrompu de Paul Biya. La rencontre se termine par la remise d’un mémorandum au commissaire James Lobe, que les deux membres ont concocté clandestinement à l’attention de Paul Biya. Voici le communiqué qu’ils publient à l’issu de la rencontre :

Face à ce que le CODE considère à juste titre comme une dérive idéologique inadmissible de la part  de ces membres, voire une trahison, une déclaration conjointe est publiée, pour dénoncer cette rencontre, et rejeter la responsabilité d’une telle compromission du CODE avec les agents obscurs  du pouvoir. Voici notre Déclaration :

L’évocation du nom de James Lobe dans l’article de Jeune Afrique comme l’assassin de Guerandi, et la collusion entre ce commissaire de Police et ces deux membres du CODE, qui s’est matérialisée par des voyages subséquents et suspects de Marcel Tchangue au Cameroun, sont des faits assez révélateurs et irréfutables, quand on sait que ce régime ne tolérerait jamais la présence d’un authentique membre du CODE sur le territoire. Dès lors, des pistes nouvelles s’ouvrent quant à la manifestation de la vérité sur la disparition de l’illustre Capitaine. En effet, quelques mois avant son enlèvement et son assassinat très probable, Guérandi, de passage à Bruxelles, rencontre Marcel Tchangue, et Elie Kadji, comme le démontre cette photo.

Le Capitaine Guerandi, au premier plan, et Marcel Tchangue, au bout à droite
Cameroun,Cameroun - Déstabilisation du CODE : Quand deux membres infiltrés au CODE dînaient avec le tueur de Guerandi à Bruxelles

Avec les éléments pertinents en notre possession aujourd’hui, notamment, les affirmations sans équivoque de Jeune Afrique qui livre le nom de l’assassin de Guerandi d’une part, et d’autre part, la collusion avérée entre nos deux membres et ce sinistre commissaire assassin, nous sommes en droit de nous interroger légitimement sur l’agenda né de cette connivence. Nous le sommes d’autant plus  que la mission de la déstabilisation du CODE orchestrée par ces camarades, qui s’autoproclament désormais « leaders du CODE », prônent le dialogue avec Paul Biya, font une allégeance flagrante au pouvoir, tout en appelant à un changement par les urnes, est entrée dans une phase active et agressive.

Il apparaît donc, très clairement, qu’après la neutralisation du Capitaine Guerandi, Paul Biya et ses officines de renseignement ont mis en jeu des moyens nécessaires pour déstabiliser les organisations patriotiques de la diaspora en général, et spécialement le CODE, déclaré ennemi public par les autorités corrompues de Yaoundé, en raison de ses actions audacieuses, sa détermination à torpiller les villégiatures de Paul Biya à travers le monde, et son appel à une mobilisation populaire pour discréditer et défaire son régime.


DE TOUT CE QUI PRECEDE :

  • Considérant les preuves abondantes de collusion entre les agents de renseignements camerounais et nos deux membres, comme  illustrées par une rencontre clandestine et un dîner à Bruxelles le 4 avril 2014 ;
  • Considérant les éléments de preuves qui attestent de la collusion entre nos deux membres et le commissaire James Lobe Elong, l’assassin du Capitaine Guerandi Mbara ;
  • Considérant les preuves de voyages suspects de Marcel Tchangue au Cameroun, alors que les services de renseignements camerounais traquent les membres connus du CODE partout dans le monde ;
  • Considérant les preuves de l’appel  par ces deux membres à reconnaître la légitimité du pouvoir en place, en violation flagrante de la position historique et idéologique du CODE qui rejette une telle légitimité ;
  • Considérant les preuves de la tentative de déstabilisation du CODE par ces deux membres, ainsi que la déstabilisation des Organisations proches du CODE, comme la Fondation Moumie et Le Mouvement de Février.
  • Considérant le crédit soudain accordé par ces membres au processus électoral camerounais, sans aucune condition,  comme unique moyen d’alternance au Cameroun, en violation flagrante de la Charte du CODE qui considère comme mascarade toute élection qui ne soit pas organisée par une Commission Électorale Indépendante ;
  • Considérant la campagne de dénigrement grossier du CODE et de ses leaders légitimes à travers les média sociaux orchestrés par ces deux individus ;
  • Enfin considérant comme irréfutablement établie, la duplicité de ces membres ;

Le CODE

  • Prend ce jour la décision irrévocable et sans appel d’exclure Marcel Tchangue et Elie Kadji de toutes ses activités et de toutes ses instances.
  • Appelle toutes les organisations de la Diaspora Patriotique à une vigilance accrue, et à rejeter toute tentative par ces deux individus de les approcher au nom du CODE.
  • Déclare ne plus assumer les actions menées par ces deux individus au nom du CODE.
  • Affirme que le complot des services de renseignements camerounais contre le CODE avec l’aide ces deux individus a échoué.
  • Réaffirme ne pas reconnaitre la légitimité que Paul Biya a acquise à travers des élections truquées.
  • Rejette toute élection qui ne soit organisée au Cameroun par une Commission Électorale Indépendante, en lieu et place d’ELECAM inféodé au RPDC.
  • Rassure tous les membres, fans et sympathisants, toutes les Organisations Patriotiques de la Diaspora et le Peuple Camerounais en général, que le CODE va accentuer ses actions audacieuses pour exposer toutes les dérives du pouvoir de Paul Biya et faire avancer la lutte pour un changement véritable au Cameroun par tous les moyens légitimes.

Fait à Londres, le 26 septembre 2014
Brice Nitcheu
Secrétaire Exécutif

 

 

camernews-Brice-Nitcheu-Manif

camernews-Brice-Nitcheu-Manif