Des voleurs de bébés sanctionnés…Si le Cameroun pouvait suivre l’exemple

Des voleurs de bébés sanctionnés…Si le Cameroun pouvait suivre l’exemple

Des médecins à l’origine des bébés volés sous la dictature militaire (1976-1983) dans des maternités clandestines sont jugés pour la première fois en Argentine.Tous devront répondre de leur acte devant le juge qui ne lésine pas sur les moyens pour les traquer jusqu’à leur dernier retranchement. Entre 1976 et 1983, il ya eu une importante complicité de médecins et sage-femmes à l’époque pour le vol et le traffic des nouveaux-nés.

Pendant la dictature, des enfants de femmes enceintes détenues leur ont été arrachés à la naissance et confiés en adoption à des familles de militaires ou de civils soutenant la dictature.

Deux anciens chefs de la junte militaire qui a dirigé l’Argentine de 1976 à 1983, Jorge Videla et Reynaldo Bignone, ont été condamnés en 2012 pour ces vols d’enfants.

Cette décision survient au moment où dans un pays voisin du Tchad en Afrique centrale, le trafic des nouveau-nés a pris de l’ampleur et en toute impunité.

En argentine, huit anciens responsables militaires étaient jugés depuis février 2011 pour leur participation à ce que la justice a qualifié de « plan systématique » de vols et d’appropriation par des proches du régime de 35 enfants d’opposants nés en détention.

Ont également été condamnés Jorge « Tigre » Acosta (30 ans de prison), Antonio Vañek (40 ans), Juan Azic (14 ans), Jorge Magnacco, un ancien médecin militaire (10 ans), et Santiago Riveros (20 ans).

Egalement poursuivis, mais pour appropriation d’enfants, Victor Gallo, ex militaire, et son épouse professeur, Susana Colombo. Ils ont eux écopé de 15 et 5 ans de prison.

Selon la Guardia, le verdict a été accueilli avec des cris de joie, des chants et des larmes. Toujours selon la même source, au moins 500 bébés ont été volés en Argentine sous le règne de Jorge Videla et Reynaldo Bignone en Argentine

Que dire de ce même phénomène au Cameroun ?

Le chef de l’État camerounais sait qu’il existe à l’Hôpital Gynéco-Obstétrique de Ngousso, comme dans presque tous les établissements hospitaliers du pays, un vaste trafic de bébés au bénéfice de familles aisées ; le bébé de Vanessa Tchatchou a bel et bien été volé le 20 août 2011 ; après une fausse adoption impliquant les dirigeants de l’hôpital gynéco-obstétrique de Ngousso, les responsables du Ministère des Affaires Sociales, des commissaires de police et des magistrats, l’enfant de Vanessa a été dit-on remis à l’époque à une magistrate exerçant dans la localité de Mfou

Paul Biya sait également qu’au-delà du terrible réseau de trafic d’organes et de vols de bébés au profit des personnes nanties que cette affaire des bébés volés au Cameroun permettait de mettre à nu, l’image saisissante des mères victimes déterminées, en proie à la férocité d’un système en faillite, représentait la parfaite allégorie de la condition de chaque camerounais aujourd’hui.

Avec cette affaire du trafic des nouveaux-nés au Cameroun, pouvons-nous garder l’espoir que la justice remettra les bébés volés jusqu’ici? Combien de décennies faudra-t-il pour parvenir cette issue quasi improbable ? Et si la justice d’argentine pouvait nous inspirer.

Le Cameroun étant signataire de la plupart des instruments internationaux spécialisés, notamment la déclaration universelle des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, la convention de l’Unicef sur les droits des enfants, la convention des nations unies contre toutes les formes de torture…

Nos dirigeants savent qu’il sont tous comptables de ces dérives sociétales qui embrassent le corpus juridique camerounais

Au moment où on nous parle des grandes réalisations, il est urgentissime de noter que pour Vanessa Tchatchou, Nkolo Marlyse, Ndoumé etc , les grandes réalisations de Paul Biya au Cameroun consisteraient à leur restituer en toute justice leur bébé en vie car la première et la plus grande réalisation que les citoyens demandent à un gouvernement et d’offrir la sécurité à tous comme un bien public. L’argentine devrait inspirer le Cameroun en terme de grande réalisation

 

 

camernews-Bebe-Vole

camernews-Bebe-Vole