Des sujets divers à la Une de la presse camerounaise

Les journaux camerounais parus mercredi affichaient des sujets touchant aussi bien la gouvernance que la politique, l’économie et l’intégration sous-régionale.

Concernant la gestion des dons à l’armée, Emergence exige que des poursuites judiciaires soient engagées contre des officiers récemment limogés pour indélicatesses diverses.

Pour cette publication en effet, en se contentant de démettre de leurs fonctions des officiers de haut rang sans toutefois les mettre à la disposition de la justice, le pouvoir de Yaoundé court le risque de consacrer le règne de l’impunité.

L’hebdomadaire Repères, quant à lui, consacre sa couverture à un rapport de l’Assemblée nationale française qui «agace» la présidence du Cameroun et qui se penche, entre autres, sur les scénarios et incertitudes de l’alternance à la tête du pays.

L’après-Biya présente ainsi plusieurs éléments de fragilité sur les mécanismes successoraux d’un homme qui, s’il décidait de rempiler en 2018, aurait alors 85 ans.

Le même Paul Biya, signale le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, a reçu la veille le baron Benjamin de Rothschild.

Le journal, qui a été dans l’impossibilité de dévoiler les termes des échanges entre l’investisseur français et le chef de l’Etat, se contente de signaler que le nom Rothschild, 20ème fortune de France en 2014, est associé à des activités bien connues dans le monde telles que le conseil en financement de projets, la finance sociale et environnementale ainsi que les investissements en Afrique.

Pendant ce temps, Mutations consacre sa Une à une affaire ayant alimenté chronique mondaine ces dernières semaines dans le pays : l’état de santé du ministre des Relations extérieures, Pierre Moukoko Mbonjo, que certains ont donné pour mort ou à l’agonie et qui vient de rentrer au bercail après quelques examens médicaux en Europe.

Le Quotidien de l’Economie, pour sa part, se penche sur le bilan de la 16ème session du sommet des chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEAC) qui vient de se tenir à N’Djamena (Tchad).

Cette organisation sous-régionale, rappelle le journal, sera présidée jusqu’en 2016 par le Gabonais Ali Bongo Ondimba qui, en termes de défis, aura à implémenter des politiques fortes sur l’intégration, mais aussi sur la paix et la sécurité.