camernews-eyoum-lydienne-lne

Des pressions sur Paul Biya, l’ultime juge, après que la Cour suprême a confirmé la condamnation de Lydienne Eyoum à 25 ans de prison ferme

Des pressions sur Paul Biya, l’ultime juge, après que la Cour suprême a confirmé la condamnation de Lydienne Eyoum à 25 ans de prison ferme

Hier, mardi 09 juin 2015, la Cour suprême du Cameroun a rejeté l’ultime recours de Maitre Lydienne Yen Eyoum, condamné à 25 ans de prison ferme il y a neuf mois par le Tribunal criminel spécial

L’avocate française d’origine camerounaise est privée de liberté depuis 2010 dans le cadre d’une affaire de détournement de derniers publics et complicité de détournement de derniers publics en coaction. l’Etat du Cameroun, son ancien client, l’accuse d’avoir détourné 1 milliard 700 millions de FCFA une partie des créances qu’elle était chargé de recouvrer. C’est un véritable coup dur pour Lydienne Eyoum qui avait fondé ses derniers espoirs sur cette Cour suprême. « J’ai été surprise par la convocation de la Cour Suprême du Cameroun à comparaître devant elle dans un délai de 48 heures à peine pour l’examen de mon pourvoi en cassation. Je sais que certains y ont vu une manœuvre souterraine pour confirmer de manière expéditive la décision du Tribunal Criminel Spécial qui m’a condamnée en premier et dernier ressort à 25 ans de prison ferme, avec circonstances atténuantes!, pour des faits graves que je n’ai pas commis. Moi, j’attendais tellement cette audience que je l’ai acceptée sans réserves, sans même ouvrir ni polémique ni soupçon de partialité de la part du Président de cette chambre qui se trouve avoir été ce même Procureur Général au moment des poursuites et de l’instruction au TCS. Une instruction suivie activement et de bout en bout par un substitut du Procureur et lors de mes procès en demande de libération immédiate. Car si j’ai formé pourvoi et que mes excellents conseils ont déposé deux mémoires ampliatifs fondés sur des arguments très pertinents de droit, c’est pour être jugée au fond des faits par l’unique juridiction, haute juridiction, habilitée à juger de nouveau et pour la dernière fois une accusée risquant une condamnation à vie! Le fait d’avoir été écoutée avec patience par la Haute Cour, à la suite de mes conseils, et que celle-ci ait décidé de mettre la cause en délibéré plutôt que de statuer sur la base du rapport négatif du conseiller rapporteur et des réquisitions du ministère public demandant la cassation partielle de la décision du TCS, nous permet d’espérer un nouvel examen au fond de cette cause. Alors mes amis, je continue de me battre avec vos nombreux soutiens sans haine ni ressentiments avec pour seul espoir de retrouver les miens….Alors au 9 juin 2015 » avait elle réagi immédiatement après l’enrôlement de son affaire par la Cour suprême.

Avec le verdict que vient de rendre la plus haute juridiction du pays, Lydienne Eyoum, qui clame son innocence, ne peut plus être sauvée que par Paul Biya, le chef de l’Etat et président du Conseil supérieur de la magistrature. La célèbre détenue va-t-elle solliciter une grâce présidentielle ou alors elle attendra voir si le président de la République du Cameroun va céder à la pression des organisations internationales ? En effet, après la condamnation de Lydienne Eyoum, le groupe de travail des Nations Unies, chargé spécialement des questions de Droits de l’homme, est monté au créneau pour dénoncer cette condamnation et exiger la libération immédiate de l’avocate française. La réaction de Paul Biya, l’ultime juge est attendue !

 

camernews-eyoum-lydienne-lne

camernews-eyoum-lydienne-lne