Des médicaments dangereux détruits à Bafoussam

L’objectif visé est de mettre hors circuit ces produits impropres et nuisibles à la santé.

La lutte contre les médicaments impropres à la consommation et nuisibles à la santé des populations, vient encore de marquer des points dans la région de l’Ouest. Les médicaments saisis ces cinq derniers mois à Bafoussam par les éléments de la division régionale de la Police judiciaire de l’Ouest, ont été broyés jeudi dernier, à la décharge de de l’entreprise Hygiène et salubrité du Cameroun (Hysacam), située à Banefo, dans l’arrondissement de Bafoussam I en présence entre autres du représentant du gouverneur, Dr Rolland Mpame, du délégué régional de la Santé publique de l’Ouest, Dr Patrice Mache Pentoue, des forces de maintien de l’ordre.

Les saisies ont été opérées suite aux descentes inopinées dans les différents magasins des marchés de Bafoussam et auprès des commerçants véreux qui vendent «les médicaments de la mort». Il s’agit de produits pharmaceutiques périmés et/ou de qualité douteuse (paracétamol, amoxicilline, antibiotiques…). Coût total des médicaments saisis : plus de 14 millions de Fcfa. L’opération de broyage, indique le Dr Patrice Mache Pentoue, est à mettre à l’actif du Comité régional de lutte contre la vente illicite des médicaments, que préside le gouverneur de la région de l’Ouest, Augustine Awa Fonka. C’est un combat de longue haleine qui vise à décourager tous ceux qui vendent des médicaments non-conventionnels dans les circuits inappropriés.

Une activité qui, selon notre interlocuteur, est réprimée par la loi. D’où son appel à la vigilance. «Les médicaments vendus dans les paniers, au bord de la route et dans les marchés, sont de faux médicaments. Aux populations, nous leur demandons de se ravitailler dans les officines agréées».