Des « armes » pour sensibiliser les Camerounais au Civisme et à l’intégration nationale

Le Premier ministre, chef du gouvernement Philemon Yang, procède ce matin, au nom du chef de l’Etat, au lancement d’une campagne nationale de promotion de ces valeurs.

L’image avait fait le tour du Cameroun. Celle de ce comédien s’essuyant les chaussures avec le drapeau vert-rouge-jaune. « Acte d’inconscience », avaient laissé entendre certains, mais qui n’avait pas manqué de choquer l’opinion. Ainsi, un symbole de l’Etat était utilisé comme un vulgaire chiffon. A côté de cet acte d’incivisme, d’autres ont fait leur lit au sein de la société camerounaise. On peut citer de manière non-exhaustive, le non-respect de l’Etat et des institutions républicaines, un émoussement généralisé de l’engagement patriotique, la perte des notions d’intérêt général, de droits et devoirs civiques, la persistance de la corruption, la dégradation des mœurs, la persistance des intolérances de tous ordres, notamment sur les plans politique, religieux et ethnique, le développement du banditisme et de la délinquance juvénile. Toutes choses qui constituent des hypothèques à l’avènement de la « République exemplaire » que le président de la République, Paul Biya appelle de tous ses vœux.

Face à cette situation, les pouvoirs publics ont cru bon de réagir. Outre la création du ministère de la Jeunesse et de l’Education civique en 2004, il y a eu l’organisation à Yaoundé du 8 au 10 juillet 2013, du premier colloque international sur l’éducation civique et l’intégration nationale. Cette rencontre avait proposé des actions à mener à court terme, sous l’égide d’un Comité dont la mission était de proposer des stratégies de collecte des données liées à l’incivisme, d’élaborer des approches dialectiques de solutions aux impacts progressifs, de suggérer des méthodes d’intervention sociale appropriée, d’élaborer des plans d’actions concertés s’inspirant des communications du colloque… Et du côté du ministère de la Jeunesse et de l’Education civique, l’on estime que toutes les conditions sont désormais réunies pour le lancement officiel de la campagne nationale de promotion de l’éducation civique et de consolidation de l’intégration nationale en synergie avec l’ensemble des partenaires publics et privés. Ce à quoi va s’atteler ce matin le Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang, au nom du président de la République.

Les pouvoirs publics entendent amener les populations à identifier les nouveaux défis à relever, leur permettant de consolider le mieux vivre ensemble en vue de l’avènement de la République exemplaire que prône le chef de l’Etat ; développer au sein des populations en général et des jeunes en particulier, le sens de la vigilance et de la solidarité, à travers le renseignement prévisionnel et la dénonciation des cas suspects d’insécurité dans un environnement où ceux-ci sont de plus en plus utilisés comme des vecteurs de cette insécurité.