Démission d’un cadre de la majorité présidentielle, l’alliance Biya- et son ministre Tchiroma fragilisée (?)

Hamadou Amadou Ben Bappa-72 ans dont 57 passés comme acteur politique majeur-ancien secrétaire général du Front national pour le Salut du Cameroun (Fnsc), formation créée par Issa Tchiroma Bakary actuel ministre de la Communication, et rallié à la majorité présidentielle-, a officialisé ce lundi, à Yaoundé, sa démission duFnsc Rechercher Fnsc et son adhésion –qui date du 2 avril 2015-, au Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) de Maurice kamto, un parti politique de l’opposition, qui, à sa création, a suscité «engouement» et « sympathie », au sein des populations, dès le lancement de ses activités.

Dans sa déclaration de démission, lue devant les médias, l’ex-secrétaire général du Fnsc, s’est dit heureux de rejoindre le grand « mouvement de l’espoir » que représente le Mrc, « l’histoire du Cameroun est en marche, et précisément la dynamique de la transformation de notre société politique où, ni les acteurs politiques, ni les citoyens et bien entendu la presse politique, n’ont droit à l’inaction, à l’immobilisme. Depuis 2012, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, le MRC, est la traduction concrète et constante de la dynamique nouvelle, voire de l’espérance de la société camerounaise », va-t-il indiquer pour justifier son adhésion aux côtés du Mrc.

Cette démission d’un cadre du Fnsc, ne surprend pas les fins observateurs de la scène politique camerounaise, au regard du climat tendu entre Tchiroma et ses proches. Ce départ, a la touche particulière, de se faire dans le sens contraire du partage du gâteau national.

En effet, dans le paysage politique camerounais, fait d’interminables transhumances politiques, les départs se font généralement dans le sens de l’opposition vers la majorité au pouvoir. Les nouveaux venus sont alors présentés aux médias, et salués comme des trophées. Et, accueillis en grande pompe, avec le tapage médiatique dans les médias pro-gouvernement.

Le départ d’Hamadou Amadou Ben Bappa- homme politique doté d’une expérience certaine de plus de 57 ans-va, à coup sûr, fragiliser le Fnsc-crée de toutes pièces et à la hâte-pour non seulement garantir la présence d’un homme-Issa Tchiroma-, sans conviction politique, au sein du gouvernement, mais pour se positionner comme force politique incontournable, dans le grand nord du Cameroun.

Les indiscrétions confiées à «koaci », font état de ce que le partage des retombées du « mariage » entre leRdpc Rechercher Rdpcet le Fnsc, sont à l’origine de la grogne latente dans le parti d’Issa Tchiroma et du départ annoncé, de nombreux autres cadres de ce parti satellite du Rdpc.