camernews-Paul Biya signature

Décrets : Bokom Haram secoue le commandement territorial.

Décrets : Bokom Haram secoue le commandement territorial.

Le président de la République a opéré un mini-remaniement hier à la tête de certaines régions et départements.

D’aucuns parleraient d’un coup de tonnerre sous un ciel sans nuages. Mais, c’est ignorer que la guerre déclarée par le président de la République à Boko Haram le 17 mai dernier,  ne pouvait aller sans chamboulement dans le dispositif du renseignement prévisionnel. A cet égard, il semble évident que le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Awa Fonka Augustine (en poste depuis le 14 mars 2012) s’en tire plutôt à bon compte.

En effet, le nouveau gouverneur de l’Ouest aurait perdu la bataille du renseignement face à Boko Haram et ses relais camerounais. La prise de trois religieux en otages, à une dizaine de kilomètres de Maroua et surtout leur libération, pratiquement à l’insu de Awa Fonka, étaient parlants à ce sujet. Il se dit également que ce «chef de terre», bien qu’informé, quelques jours plus tôt de l’attaque meurtrière de la brigade de Kousseri, n’aurait pas pris des dispositions suffisantes pour y faire face.

En tout état de cause, il est reproché à l’ancien préfet du Mbam et Kim de n’avoir pas rapidement enfilé le treillis de commandant en chef à l’instar du gouverneur de la région de l’Est, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, qui ne laisse pas de répit aux rebelles centrafricains, vecteurs d’insécurité dans cette région. Il reviendra à Midjiyawa Bakari (53 ans, originaire de l’Adamaoua), précédemment gouverneur de la région de l’Ouest, de rectifier le tir. Crédité d’un bilan flatteur dans cette partie du pays, notamment du point de vue sécuritaire, Midjiyawa Bakari a surtout marqué des points en qualité de préfet du département du Mayo-Rey, le plus vaste du Cameroun, entre 2008 et 2012.

Pour renforcer davantage le dispositif opérationnel contre la secte islamiste Boko Haram dans l’Extrême-Nord, Paul Biya a nommé de nouveaux préfets à la tête du Mayo-Tsanaga et du Mayo-Sava, deux départements frontaliers du Nigeria, qui constituent des terrains de chasse privilégiés pour les adeptes de Boko Haram.

Commandement

Pour le reste, la mise à la retraite de Roger Moïse Eyene Nlom laisse songeur tant il n’est pas le seul gouverneur atteint par la limite d’âge. Le désormais ancien gouverneur de la région du Centre, éclaboussé par le Contrôle supérieur de l’Etat pour des faits commis au moment où il officiait comme président du Conseil d’administration de la Sodecoton, cède son fauteuil à Joseph Otto Wilson. Lequel est remplacé dans la région du Nord par Jean Abaté Edi’i, précédemment préfet de la Sanaga-maritime. Ce dernier a surtout assumé par le passé les fonctions de secrétaire général de la région de l’Adamaoua. Une unité administrative frontalière du Nigeria et de la Centrafrique.

A y regarder de près, le chef de l’Etat semble avoir décidé, à travers les décrets signés hier,  de confier les clés du commandement dans l’Extrême-Nord et le Nord à des natifs de la partie septentrionale du Cameroun ou à des personnalités ayant l’expérience du commandement des zones frontalières. Il est question d’envoyer au front des hommes rompus à la tâche et de favoriser la collaboration avec les populations locales, car la guerre asymétrique est, avant toute chose, la guerre du renseignement. Le handicap de la langue et de la culture devrait ainsi être évacué.

camernews-Paul Biya signature

camernews-Paul Biya signature