Décès d’André Fotso: un registre de condoléances ouvert

Suite au décès du président du Groupement inter-patronal du Cameroun, le 02 août, un registre de condoléances est ouvert au siège de l’instance à Douala et sur son site pour d’éventuels témoignages

 

Le Groupement Inter-patronal du Cameroun (Gicam) est en deuil depuis le décès de leur président, André Fotso, le 02 août 2016. L’instance a, pour la circonstance, ouvert un registre de condoléances pour permettre aux Camerounais de rendre hommage au défunt.

Les dits registres sont ouverts au siège du Gicam à Douala, la capitale économique du pays, mais également sur le site Internet de l’organisme.

Sur la toile, de nombreux messages rendent hommage à un «entrepreneur de génie», à un «infatigable bâtisseur» et à «un visionnaire, un entrepreneur doté d’une grande ouverture d’esprit».

 

«Encore un digne fils d’Afrique qui s’en va alors que des espoirs reposaient sur lui. Il aurait fallu, président, t’ajouter encore dix ans de vie pour que l’Afrique et le Cameroun en particulier change de visage. Reposes en paix. Tu as rempli ta mission.», peut-on déjà lire sur le site.

André Fotso s’est éteint mardi, alors qu’il était âgé de 59 ans. Au sein du Gicam qu’il a rejoint en 2002, le ressortissant de Bandjoun a dirigé la commission économique et de l’entreprise. Il a initié ainsi les diners débats, les Journées de l’entreprise, un fonds de garantie, un outil de renforcement des capacités managériales. Il a contribué surtout au renforcement du dialogue avec les employés.