De grosses failles relevées dans le protocole présidentiel à l’occasion de la visite de François Hollande

Incoordination dans les programmes, encombrement du tapis rouge, usages diplomatiques bafoués, service de table mal exécuté… Le protocole présidentiel n’a pas assuré lors de la visite du président français, et cela s’est vu.

Le protocole présidentiel a tellement été lamentable lors du passage de François Hollande à Yaoundé le 3 juillet dernier, que le chef de l’Etat, Paul Biya, a été obligé de jouer parfois les maîtres de cérémonie. À en croire le quotidien Le Jour en kiosque ce jeudi 16 juillet 2015, ces usages censés couler de source à un tel niveau, ont été «un casse-tête chinois».

S’agissant de l’incoordination dans les programmes officiels, le journal révèle que les hommes de médias pour se tenir au fait des préparatifs, «étaient obligés de recourir au site Internet de l’Elysée et aux sources diplomatiques françaises». Les collaborateurs de Paul Biya ont fini par publier un programme, où apparaissait «un dîner» dans la soirée au Palais de l’Unité, ce que n’avaient pas mentionné les Français. La confusion entre «conférence de presse» et «déclaration conjointe à la presse» a rajouté à cette incoordination.

Le journal note aussi qu’il y avait trop de personnes sur le tapis rouge, et l’on a vu des aides de camp de Paul Biya bousculer celui de François Hollande.

Pour ce qui est des usages diplomatiques lors d’une visite d’Etat, la coutume voudrait que chaque chef présente tout seul ses collaborateurs. Or cela n’a pas été le cas. Le journal écrit : « Après l’accueil de Hollande au bas de la passerelle par Paul Biya, c’est plutôt Simon Pierre Bikele le chef du protocole d’Etat, qui a procédé à la présentation des collaborateurs de Paul Biya, qui étaient à l’aéroport, pendant que celui-ci suivait, les bras croisés dans le dos».

Au moment du dîner enfin, le journal note que le président Hollande « a été bien embarrassé par ce «serveur», qui portant un plateau contenant des verres d’eau et de champagne, savonnait devant Paul Biya et lui, pendant qu’ils voulaient dévisager ensemble. Ce qui a été le plus désobligeant est que l’eau était déjà dans le verre».  Or la règle aurait voulu que lors des réunions préparatoires, le protocole présidentiel camerounais vérifie les goûts de boisson du patron de l’Elysée et que ces boissons soient posées, fermées, sur la table.