Cycliste : Coureur à Vélo

Considérée comme une activité très exigeante, le cyclisme est un sport qui cherche encore ses repères au Cameroun.
Sport d’équipe à classement individuel, le cyclisme est une affaire d’endurance et de tactique. Il faut savoir s’économiser. Pour cela, les cyclistes se protègent du vent à tour de rôle, en se plaçant les uns derrière les autres. Ils se relaient ainsi pour aller plus loin et plus vite. Un cycliste peut, par exemple, préserver ses forces pendant toute la durée d’une course en vue d’un sprint final de quelques centaines de mètres.

Au Cameroun, le cyclisme est un sport qui se dispute aussi bien au niveau amateur que professionnel. « Jusqu’à l’heure actuelle, il n’existe pas d’écoles officielles dans lesquelles on peut former des cyclistes », explique Damien Foukou, sociétaire de Snh vélo club.  Pour lui, la formation se fait davantage dans les rues et dans le tas. Il y a néanmoins deux écoles privées au Cameroun qui essayent de combler ce déficit en institutions de formation. Ces écoles, qui coûtent cher, représentent un autre blocus pour les jeunes dont les revenus ne sont pas considérables.

Pour cette catégorie de coureurs, Damien propose une alternative : « Pour un jeune qui voudrait par exemple faire carrière dans cette discipline, la première chose qu’il devrait faire est de se procurer un vélo de bonne qualité. Après quoi, il pourra se rapprocher des ligues, afin de faire des entraînements qui se tiennent tous les dimanches », relève-t-il. «Ce n’est qu’à force de travailler que ces jeunes pourront se démarquer, afin d’être sollicités par les clubs sérieux», rajoute le professionnel. Ce sport exigeant demande donc d’être très performant et participer aux compétitions. Car, pour un coureur professionnel, il est important d’être en activité pour pouvoir avoir de quoi payer les factures. Il n’y a que ces sorties qui permettent aux cyclistes d’avoir des revenus. En dehors de ces compétitions, il est difficile pour ces sportifs de joindre les deux bouts. Pour Damien, la Snh est le seul club qui, jusqu’ici, octroie des facilitées aux coureurs de pouvoir payer leurs factures.

La pratique du cyclisme nécessite un équipement particulier, que ce soit pour le vélo en lui-même, pour les vêtements portés par le sportif ou pour divers accessoires, tels que les compteurs et le casque. Ces équipements ont évolué et se sont inspirés d’innovations techniques apparues dans d’autres sports. C’est d’ailleurs ces équipements qui constituent la principale difficulté des cyclistes locaux. Il n’est pas aisé de s’offrir un vélo qui coûte des centaines de milliers de nos francs. Pour les coureurs dont les familles ne sont pas à même de se cotiser, il est difficile pour ceux-là d’émerger dans le cyclisme.