Crise anglophone: près de 600 000 enfants non scolarisés

Le porte-parole du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), Toby Fricker, l’a indiqué vendredi lors d’un point de presse à Genève.

Les chiffres de l’UNICEF sont alarmants «au moins 74 écoles ont été détruites, tandis que les élèves, les enseignants et le personnel scolaire ont été exposés à la violence, aux enlèvements et à l’intimidation », a regretté vendredi le porte-parole du le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Toby Fricker, lors d’un point de presse à Genève.

Depuis trois ans, l’éducation de plus de 600 000 enfants est en péril. En raison de l’interdiction de l’éducation par des groupes armés non étatiques et des attaques, plus de 80 % des écoles ont été fermées, touchant plus de 600 000 enfants, révèle l’organisme onusien.

L’UNICEF déplore par ailleurs le kidnapping de plus de 300 élèves et enseignants depuis 2018 et des besoins humanitaires de plus en plus importants «les agences et organisation onusiennes évaluent à 1,3 million dont environ 650 000 enfants, le nombre de personnes ayant aujourd’hui besoin d’une certaine forme d’aide humanitaire dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, la situation sécuritaire et les conditions de vie ne cessant de se détériorer. Environ 450 000 de ces personnes, dont la moitié sont des enfants, sont déplacées à l’intérieur du pays.»

Selon Toby Fricker, des milliers de personnes n’ont pas accès ou ont un accès réduit aux services de base tels que les soins de santé et l’eau potable, et leurs moyens de subsistance ont été détruits. En décembre 2018, il était estimé à 40 %, le nombre d’établissements de santé de la région du Sud-Ouest hors-service.

Des difficultés qui exposent des enfants aux propositions des groupes armés, aux mariages précoces et autres fléaux. Et ce malgré le soutien apporté par les organisations «Au cours de l’année écoulée, l’UNICEF a apporté un soutien à près de 140 000 enfants. En collaboration avec ses partenaires, l’UNICEF a distribué des kits d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH) à plus de 78 000 personnes», a énuméré Toby Fricker.