Crise anglophone: l’activiste Mancho Bibixy propose sa vie contre la libération de jeunes manifestants

L’animateur radio, emprisonné dans le cadre des tensions sociales dans le Nord-Ouest et le sud-Ouest, plaidait ainsi, la libération des jeunes aux côtés desquels il est jugé pour terrorisme.

Mancho Bibixy est prêt à accepter une condamnation à mort si la Cour accepte de remettre en liberté la dizaine de jeunes manifestants anglophones qui sont jugés à ses côtés pour terrorisme. Il a présenté sa demande jeudi, 26 octobre 2017, au Tribunal militaire de Yaoundé, sous le motif de mettre fin à la souffrance des familles de ces accusés, détenus depuis le mois de décembre 2016 pour leur rôle présumé dans les troubles dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Les concernés ont été arrêtés dans plusieurs villes  du pays, notamment, Bamenda, Kumbo, Buea, Douala…. Ils sont de présumés casseurs dont le sort a été uni à celui de Mancho Bibixy le 07 avril 2017, à la suite d’une jonction de procédure autorisée par la juge Abéga. Celui-ci était, jusqu’alors, jugé dans un même dossier que le Dr Fontem Neba et l’avocat Nkongho Agbor Balla.

Lire aussi: Procès des anglophones: polémique autour de l’arrêt des poursuites contre certains manifestants

S’ils étaient reconnus coupables des charges de « co-action d’actes de terrorisme » ,  » hostilité contre la patrie » ,   « sécession »  , « révolution « ,  » insurrection « , « outrage à corps constitué et aux fonctionnaires », « rébellion », « complicité d’actes de terrorisme » ,  » incitation à la guerre civile » , « dégradation de biens publics », « pillage en bande », portées contre eux, ces jeunes risquent la peine de mort.