camernews-bertoua

Criminalité: Meurtres en série à dans la ville de Bertoua (Région de l’Est)

Criminalité: Meurtres en série à dans la ville de Bertoua (Région de l’Est)

Les quotidiens Le Jour et Mutations dans leurs publications respectives rapportent que le phénomène va grandissant dans cette partie du Cameroun. En moins de deux mois, plusieurs corps ont été découverts dans plusieurs quartiers de cette ville.

A en croire les quotidiens Le Jour, édition du 3 août 2016 et Mutations, édition du 2 août dernier, la criminalité va grandissante dans la ville de Bertoua, Chef-lieu de la Région de l’Est Cameroun. Le journal Mutations pour sa part indique qu’en l’espace de deux mois, les populations du coin ont fait la découverte de plusieurs corps dans divers quartiers. Le quotidien Le Jour de son côté rapporte toujours à ce sujet qu’à l’heure actuelle, ce sont les bandits qui dictent la loi dans la ville suscitée. Il devient impossible de passer deux jours sans que des cas de viol, de cambriolage, d’agression, de braquage ou même d’assassinat ne se décrient de ce côté-là.

La preuve, souligne Le Jour, pour la seule nuit du 30 au 31 juillet 2016 cinq cas de cambriolage ont été signalés: trois au quartier Nkolbikon derrière l’antenne de la Cameroon Radio Television (CRTV), un au quartier Haoussa, et enfin un autre au quartier Tidamba, toujours à Bertoua. «Ils ont cisaillé les antivols et ils ont pris le téléviseur, une bouteille de gaz, un smartphone, un ordinateur portable et des bijoux», déclare Évelyne Atangana, une victime du quartier Nkolbikon.

Mutations revient dans ses colonnes sur les évènements survenus dans la journée du 30 juillet dernier. «C’est aux environs de 5h samedi 30 juillet 2016 que le corps sans vie d’un jeune homme a été découvert à Ekombitié, l’un des quartiers de Bertoua, Chef-lieu de la Région de l’Est. Les éléments du corps des sapeurs-pompiers arrivés sur les lieux ont transporté la dépouille dans une morgue de la place. La victime dont l’identité n’a pas été révélée est présentée par certains comme un vendeur de vêtements à la sauvette dans la ville. Il résidait au quartier Kpokolota». Celui-ci aurait donc été poignardé vendredi après sa journée de travail.

 

camernews-bertoua

camernews-bertoua