camernews-hugo

Coupe des confédérations: La méthode discutable de Broos

Coupe des confédérations: La méthode discutable de Broos

Sortie sans manière de la compétition, l’équipe du Cameroun a démontré ses limites. Si les joueurs ne se sont pas montrés à la hauteur, leur sélectionneur n’a pas été non plus très inspiré.

Elle semble lointaine, la victoire à la Coupe d’Afrique des Nations. Les Lions Indomptables sont très rapidement redescendus sur terre. Les représentants de l’Afrique ont été désillusionnés à la 10è édition de la Coupe des confédérations.

De nombreuses Carences

Trois matchs, deux défaites, un nul, six buts encaissés contre deux inscrits ; le bilan des récents champions d’Afrique, est peu flatteur. Classés derniers de leur poule, dominée par l’Allemagne, le Chili et l’Australie, Benjamin Moukandjo  et ses coéquipiers doivent s’y faire : le faussée qui les sépare des meilleures équipes dans le monde, est encore trop grand. L’équipe du Cameroun manque notamment cruellement d’un attaquant de classe mondiale, capable de marquer à tout moment.

Les nombreuses occasions non converties par Vincent Aboubakar au cours match contre l’Australie (1-1), le démontrent largement. Pour taire les critiques, l’entraîneur fera savoir après le match qu’il est à la recherche de ce fameux « tueur de surface », que le Cameroun n’a pas encore. Le capitaine Moukandjo semble de plus en plus essoufflé, incapable de tenir sur plus de 60 minutes. Et si la paire défensive Teikeu-Ngadeu sait se montrer généreuse dans l’effort,  elle est en revanche apparue très fébrile face à des attaquants agiles. Beaucoup trop donc pour espérer une qualification en demi-finales. L’objectif que s’était fixé Hugo Broos. Surtout que le technicien belge lui-même, n’a pas vraiment été inspiré avant et pendant le tournoi.

Broos comme ses joueurs

Adulé pendant et après la CAN gabonaise pour ses choix jugés judicieux, le sélectionneur de l’équipe du Cameroun ne s’est pas vraiment montré convaincant en Russie. Il a d’abord décidé, à la surprise générale, de se priver d’un joueur.

C’est en effet avec 22 éléments que le Cameroun a disputé sa Coupe des confédérations. Le 23è, Ambroise Oyongo, s’est gravement blessé une semaine avant la compétition. Et alors qu’il disposait des solutions de rechange, Broos a préféré partir avec un gros handicap au poste d’arrière gauche. Conséquence, il a adapté l’ingénieux Faï Collins à gauche, et titularisé Ernest Mabouka à droite.

Tout le monde connait la suite. Si Faï s’est montré plus ou moins solide défensivement, le sociétaire du Standard de Liège a cependant éprouvé d’énormes difficultés lors des phases offensives. Logiquement, puisqu’il était sur un côté peu avantageux pour lui, le droitier de métier.

Entêtement

Hugo Broos a ensuite étonné par son attentisme. Alors que les Lions Indomptables tiennent le point du match nul contre le Chili jusqu’à la 80è, leur sélectionneur choisit de garder sur la pelouse des joueurs (Moukandjo, Christian Bassogog, André Zambo Angissa), qui présentaient pourtant des signes évidents de fatigues. Le contraire de Juan Antonio Pizzi, son homologue chilien, dont les changements apportent la victoire aux champions d’Amérique du sud (2-0).

Assez carré sur ses convictions, l’ancien international belge remet ça face à l’Australie. Parti à la pause avec un but d’avance, inscrit par Zambo Anguissa, le Cameroun a besoin du sang neuf en seconde période. Une fois de plus, Moukandjo est sur les rotules. Mais, Broos assiste impuissant au spectacle qui aboutit à l’égalisation australienne. C’est finalement après la 75è minute qu’il décide de sortir le capitaine pour rentrer un Karl Toko qui n’aura pas vraiment le temps de s’exprimer par la suite.

Jamais deux sans trois, a-t-on coutume de dire. Eh bien, Broos applique parfaitement cet adage puisqu’il récidive pendant le match face à l’Allemagne. Aligné d’entré, Moukandjo, même s’il joue efficace, se montre une fois encore très discret. Sauf que le sélectionneur le garde sur la pelouse jusqu’à 20 minutes du terme. Les changements qu’il effectue, n’apportent pas vraiment du répondant aux champions du monde qui s’imposent facilement (3-1) après l’expulsion de Mabouka.

Les Lions Indomptables et leur sélectionneur sont passés à côté de la compétition. Une bonne douche froide après l’euphorie de la CAN et avant d’affronter le Nigeria dans une campagne de qualification pour la Coupe du monde bien mal embarquée.

camernews-hugo

camernews-hugo