camernews-Ananas

CORRUPTION : UN POLICIER BLOQUE L’EXPORTATION DE 10 TONNES D’ANANAS

CORRUPTION : UN POLICIER BLOQUE L’EXPORTATION DE 10 TONNES D’ANANAS

Le maréchal de logis guillaume parfait Mbita exigeait que le chauffeur du camion qui transportait la cargaison de Loum pour l’aéroport de Douala lui verse un pot de vin. Ce dernier a refusé. Le gendarme a empêché l’exportation.

Le camion de couleur blanche immatriculé LT 199DY contenant 10 tonnes d’ananas est toujours stationné devant le peloton motorisé du groupement de gendarmerie territoriale du Moungo à Nkongsamba. Pendant toute la journée du vendredi 12 décembre 2014 dernier, le délégué du Gic unapac jean marie sop à qui appartient le camion s’est activé pour que sa plainte contre le maréchal de logis guillaume parfait mbita soit déposée avant la fermeture des tribunaux à Nkongsamba pour « trafic d’influence, tentative de corruption ayant empêché l’exportation de 10 tonnes d’ananas ».

Pendant ce temps, l’huissier de justice maitre clément ebenezer Toko engagé par le gic auditionnait le commandant de la brigade de gendarmerie de nkongsamba l’adjudant-chef Raymond nguiedji guimetan dans son bureau sur les circonstances de l’incident qui s’est déroulé la veille. Le commandant était ferme sur sa position. Pour lui, c’est le chauffeur du camion qui était en infraction de « rébellion, refus d’obtempérer »

En effet le jeudi 11 décembre 2014, le camion du gic unapac parti des plantations de la société situé dans le petit village Lowé dans le département du Moungo avec 10 tonnes d’ananas pour l’aéroport de Douala a été intercepté au poste de contrôle routier de Mbanga par le maréchal de logis guillaume parfait mbita. Ce dernier à bord de son véhicule personnel s’était mis à la poursuite du camion depuis le village njombe. Lorsque le camion s’est arrêté au poste de contrôle de Mbanga, le gendarme arrivé sur les lieux à vive allure au même moment a interpellé le chauffeur Clovis nguembou en lui faisant comprendre qu’il avait fui le contrôle routier de penja et c’est pour cette raison qu’il s’est mis à sa poursuite. Le chauffeur a indiqué qu’à penja il n’avait vu aucun contrôle sur la route, donc il n’a pas été interpellé. Le gendarme a demandé à voir le contenu du camion, ce qui a été fait. Il était 18h en ce moment et le chargement était attendu à l’aéroport de Douala à 19h pour être embarqué par un avion-cargo pour la France où se trouvait le client.

Le chauffeur s’est cassé la tête à expliquer au gendarme qu’il transportait une cargaison qui devait être acheminé en Europe dans les heures qui suive. Le gendarme a pris tout son temps et s’est même mis à auditionner le chauffeur. « Généralement quand on est en infraction, le policier délivre une convocation et nous laisse partir. Mais le gendarme guillaume mbita me posait des questions illogiques. J’ai donc compris qu’il voulait que je lui propose de l’argent pour qu’il me laisse partir » s’inquiète le chauffeur. Il était plus de 20h lorsque le gendarme a décidé de partir avec les dossiers du véhicule parce que le chauffeur n’avait fait « aucune proposition financière » loin de se douter qu’il venait de commettre des dégâts graves à une entreprise. Dans son procès-verbal remis à l’huissier, le gendarme indique qu’il a immobilisé le camion pour « rébellion et refus d’obtempérer »

Pour jean marie sop, délégué du gic unapac, les pertes s’élèvent à plusieurs niveaux. Tout d’abord au niveau de l’acheteur qui se trouve en France, il a payé quatre millions de fcfa et il faut rembourser, et surement il va perdre ce client. Au niveau de l’aéroport, le vol a été réservé et n’a pas été chargé, il faut payer les pénalités à hauteur de 660 fcfa par kg, soit près de sept millions fcfa. Les dix tonnes d’ananas représentent le fruit de quatorze mois de travail acharné. Le marché européen étant très difficile en ce moment, le gic comptait sur cette grosse commande pour se relancer, raison pour laquelle, le gendarme responsable de l’incident doit « payer » pour le tort commis.

 

camernews-Ananas

camernews-Ananas