Corridor Douala-Bangui: le Mint planche sur la sécurité des transporteurs

Le sujet était au centre d’une concertation interministérielle tenue vendredi 24 juillet à Yaoundé sous la présidence du ministre des Transports

Sur le corridor Douala-Bangui, de nombreux transporteurs, notamment camerounais, ont trouvé la mort, du fait de l’insécurité qui prévaut sur ce tronçon. La dernière attaque perpétrée par des groupes armés a eu lieu le 18 juillet dernier. Quatre camionneurs y ont perdu la vie.

En considérant ces faits, le ministre des Transports (Mint), Robert Nkili, a convoqué vendredi, 24 juillet 2015 à Yaoundé, une réunion interministérielle. Objectif: trouver des solutions durables pour assurer la sécurité des transporteurs et des marchandises sur le corridor Douala-Bangui.

Ont pris part à cette rencontre, le ministre du Travail et de la Sécurité sociale (Mintss), le ministre délégué auprès du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, le ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures chargé de la coopération avec le monde islamique, les responsables des syndicats des transporteurs, ceux du Bureau de gestion du fret terrestre (BGFT), et les forces de l’ordre.

Pour les membres du gouvernement camerounais, ce dossier relève de la diplomatie, puisqu’il s’agit d’un problème impliquant un autre Etat (la Centrafrique). En rassurant les transporteurs, le ministre délégué auprès du Minrex, Adoum Gargoum, cité dans le quotidien national, a indiqué que «le dossier est connu et est en bonne voie», et qu’il revenait à la Mission multidimensionnelle des Nations unies pour la stabilité en Centrafrique (Minusca) de jouer pleinement son rôle. Par ailleurs, des mesures sur l’amélioration du convoi et l’organisation d’un plan militaire sont en cours. Une concertation est prévue, à cet effet, entre les deux gouvernements et la Minusca au mois d’août prochain à Yaoundé.