Coopération: l’ambassadeur de France à l’EIFORCES

Gilles Thibault a effectué une visite à l’Ecole internationale des forces de sécurité jeudi dernier à Awae.

« L’Ecole internationale des forces de sécurité (EIFORCES) est une école d’avenir ». L’affirmation est de l’ambassadeur de France au Cameroun, Gilles Thibault. Jeudi dernier, le diplomate français effectuait sa première visite à l’EIFORCES, dont la France est un partenaire « privilégié ». Pour lui, l’EIFORCES est une « école importante », en charge de la formation des policiers et des gendarmes dans le cadre du maintien de la paix internationale. Surtout que, selon le directeur général adjoint de cette institution, Cécile Oyono, l’école est en train de s’arrimer aux standards des Nations-unies. Pour ce faire, des infrastructures sont en chantier. Et le volet enseignement de plus en plus renforcé. Ceci grâce au soutien des partenaires privilégiés tels que la Chine, les Etats-Unis, le Japon, la France, l’Union européenne, l’Union africaine, la CEEAC. Pour sa part, la France apporte, entre autres, un appui dans les divisions « enseignement supérieur » et « enseignement fondamental ». Deux experts sont permanemment détachés à Awae.
Au terme de cette visite de travail qui a été marquée par un huis-clos entre les responsables de l’école, l’ambassadeur de France et l’attaché de sécurité intérieure de cette représentation diplomatique, les hôtes ont effectué une visite guidée sur le campus de l’EIFORCES. Ils ont échangé avec des forces de sécurité venues de l’Extrême-Nord, qui suivent un séminaire sur le terrorisme. Pour Gilles Thibault, le Cameroun peut compter sur le soutien permanent de la France. C’est le cas, depuis la création de cette école en 2008, a-t-il indiqué. Pour marquer son séjour dans cette école, Cécile Oyono a remis a son hôte un cadeau et une étude réalisée par l’EIFORCES sur les déplacés et les réfugiés au Cameroun.