Coopération académique: des boursiers camerounais en Tunisie

Ils ont reçu leurs visas lundi dernier à l’ambassade de Tunisie à Yaoundé

 

Christian Tchengang vient de quitter le Cameroun pour la Tunisie. Le jeune homme de 19 ans va suivre des études supérieures de Génie électrique à l’Institut supérieur des études technologiques de Siliana, établissement universitaire situé à plus de 190 kilomètres de Tunis, capitale de ce pays d’Afrique du nord. Lundi dernier, il a pris part tout enthousiaste à la cérémonie de remise de visas à l’ambassade de Tunisie au Cameroun. Ils étaient huit à recevoir ce sésame. Ces jeunes boursiers, en majorité de nouveaux bacheliers, vont suivre des études en cycle licence dans des universités publiques tunisiennes. «Je suis très content. Je sais que je vais honorer mon pays en Tunisie», promet cet ancien étudiant de l’Institut Siantou supérieur, bénéficiaire d’une inscription sans bourse, inscription qui donne accès à tous les avantages liés à ce statut excepté la pension reversée par la Tunisie et l’Etat du Cameroun.
Pour cette année académique, la Tunisie a offert 26 inscriptions (12 avec bourses et 14 sans bourses) au Cameroun. Seulement, l’ambassadeur de Tunisie, Jalel Snoussi a relevé et ce pour le regretter, la liste réduite des étudiants proposée par le ministère de l’Enseignement supérieur (Minesup). Car, sur les 26 bourses accordées, le Cameroun a proposé seulement 14 noms (08 inscriptions avec bourses et 06 sans bourses)  et après examen, la Tunisie a validé 07 inscriptions avec bourses et 04 sans bourses. La représentante du Minesup a justifié cet état de choses par l’exigence de moyenne de 14 au moins, entre autres. Selon le diplomate tunisien, la Tunisie compte plus d’un millier d’apprenants actuellement sur son sol.