camernews-journaux

Contrebande: Un réseau de vente illicite de journaux démantelé à Douala

Contrebande: Un réseau de vente illicite de journaux démantelé à Douala

Les journaux étaient distribués en dehors du circuit normal. Le manège a été mis à nu le 3 octobre 2016.

La presse n’est pas épargnée par le phénomène de contrebande. Tout un réseau de vente illicite de journaux s’est développé à Douala, la capitale économique. Censés être distribués uniquement par Messapresse (distributeur exclusif), les journaux étaient récupérés par des trafiquants bien organisés et écoulés dans une sorte de marché noir.

Mis au courant, la Division régionale de la police judiciaire pour le Littoral s’est mobilisée. La Nouvelle Expression (LNE) parue le 4 octobre 2016 indique que l’officier de police principal Jean Baptiste Zeti  et ses éléments ont tissé une toile d’araignée sur  le grand réseau des ventes parallèles des journaux imprimés à Douala et ailleurs, ainsi que des magazines internationaux.

Notre confrère relate les circonstances du démantèlement du réseau: «Dans le dispositif de filature mis sur pied, les policiers, accompagnés par des responsables de deux quotidiens, La Nouvelle Expression et Le Jour, et de Me Vouking, l’avocat des éditeurs de presse, ont pu observer les mouvements des ‘‘livreurs’’ dans deux kiosques pilotes de Messapresse, où un taxi partant de l’imprimerie Macacos s’est  rendu directement  pour déposer un certain nombre de journaux dont on n’a pas eu le nombre exact, le téléphone arabe ayant fonctionné à un niveau de l’opération, pour alerter la bande de  la  présence  de la police.

C’est ainsi que lundi, des centaines de numéros ont été saisis. Des personnes soupçonnées de faire partie du réseau ont également été interpellées et conduites à la Division régionale de la police judiciaire du Littoral pour exploitation. «Nous avons la certitude que la vérité sera connue au bout de cette opération qui nous ouvre une bonne piste de collecte d’informations pouvant aboutir au démantèlement complet de ce réseau», a dit l’officier Jean Baptiste Zeti.

camernews-journaux

camernews-journaux