Compétitivité des PME: la technique japonaise

La méthode « Kaizen » qui garantit une meilleure organisation du travail et la rentabilité vient d’être inculquée à 15 cadres d’entreprises et promoteurs de PME au Cameroun.

Un tour dans certaines entreprises au Cameroun permet de déceler des petits manquements. La difficulté à s’orienter du fait de l’absence de panneaux d’indicateurs, l’encombrement de l’espace et l’insalubrité. Hormis ces aspects, l’organisation du travail semble faire problème. Avec des employés qui ne s’appliquent pas à la tâche et même des cas d’absence. Ces volets de la vie en entreprise, considérés par certains comme des détails, peuvent avoir un effet sur la productivité et même l’image. De plus en plus conscients de cet aspect des choses, plusieurs promoteurs de petites et moyennes entreprises  (PME) s’attèlent à améliorer leur cadre de travail et à mieux organiser les taches. C’est tout l’enjeu de la méthode « Kaizen », en français « amélioration continue ». Nouvellement implémentée au Cameroun avec l’appui de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), cette technique qui est en réalité un état d’esprit, s’est récemment étendue à 15 nouvelles administrations et structures de Yaoundé. A travers des séances théoriques et des phases pratiques, 15 de leurs cadres ont appris ce que le Japon qui a expérimenté la méthode « Kaizen » depuis 2008, qualifie de technique efficace d’amélioration de la productivité des entreprises.
Peu coûteuse, cette pratique est visiblement bénéfique, car elle devrait favoriser l’amélioration de la qualité, des délais de travail tout en garantissant la productivité des entreprises. Comme autre atout, elle garantit un environnement de travail plus agréable et une plus grande implication du personnel dans la chaîne de travail. Le but poursuivi par le Cameroun à travers l’arrimage à la méthode « Kaizen » était de doter le pays d’une stratégie de fourniture de service d’appui aux PME et d’une masse de consultants publics et privés dans le domaine. Déjà, les entreprises, de la menuiserie Promeb et le Centre médical international basées à Yaoundé et qui ont appliqué la méthode dans le cadre d’une phase-pilote, sont convaincues du bien-fondé de cette méthode. « Grâce à elle, nous avons réaménagé et matérialisé nos locaux. Elle nous a aussi permis de mieux gérer nos stocks de médicaments pour éviter les ruptures tout en planifiant l’entretien de nos équipements », a expliqué Lucienne Kamany-Kamgueu, promotrice du Centre médical international. Pour Divine Ekwe, directeur général de la menuiserie Promeb, la qualité des meubles, est nettement meilleure grâce à l’application de la méthode japonaise pour une plus grande satisfaction des clients qui sont servis à temps.