Compétitivité des PME: la méthode japonaise transmise au Cameroun

Fin hier à Yaoundé de la formation des entreprises à la méthode de travail dénommée Kaïzen, visant à promouvoir une meilleure organisation des entreprises

Octobre 2015-juin 2016. 20 mois au total consacrés à la formation des petites et moyennes entreprises (PME) camerounaises à la méthode Kaïzen, une technique japonaise visant une amélioration continue. Le bilan qui en découle est, d’après le ministre des Petites et moyennes entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa), Laurent Serge Etoundi Ngoa, assez positif. En effet, 46 consultants des PME en Kaïzen, 41 organisations des secteurs agroalimentaire et hôtelier entre autres ont été formés à la méthode. Dans la même lancée, un guide opérationnel et une stratégie de fourniture de service d’appui aux entreprises ont été élaborés. En clôturant la première phase du projet Kaïzen, hier à Yaoundé, Laurent Serge Etoundi Ngoa s’est dit satisfait et reconnaissant envers le Japon qui contribue ainsi à faire des chefs d’entreprises camerounais des opérateurs économiques privilégiés.
D’après Kunio Okamura, ambassadeur du Japon au Cameroun, le « projet Kaïzen : amélioration de la qualité et de la productivité des PME », vise à promouvoir les bonnes pratiques entrepreneuriales. Il s’appuie sur les 5S : Seiri, Seiton, Seiso, Seiketsu, Shitsuke (trier, ranger, nettoyer, ordonner les documents et être rigoureux).
Une seconde phase est prévue pour 2018. Elle  concernera les régions de l’Ouest, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Aussi, le ministre a-t-il promis de favoriser une vulgarisation de la méthode à travers la mise en place des centres d’accompagnement régionaux de l’Agence de promotion des PME auprès des collectivités territoriales décentralisées. Il a également souhaité que le gouvernement japonais permette aux chefs d’entreprises camerounais de faire des visites de benchmarking au Japon.