CM 2014 : Les Lions Indomptables et la défaite de la honte

CM 2014 : Les Lions Indomptables et la défaite de la honte

Grosse désillusion pour le Onze national. Dans un groupe A où la première place semble promise au Brésil, vainqueur la veille de la Croatie lors du match d’ouverture (3-1), le Mexique a pris position pour les huitièmes de finale en s’imposant vendredi dernier à Natal contre une équipe camerounaise sans repères (1-0).

Les Lions n’ont pas encore la patte dans le Mondial 2014. Pour leur premier match de poule, Samuel Eto’o et ses camarades n’ont pas convaincu. En guise d’entrée, la sélection nationale fanion a croisé le fer contre le Mexique, sorti de sa poule lors de ses cinq dernières participations à la Coupe du monde, mais déterminé plus que jamais cette année, à faire mieux que les huitièmes de finale qu’ils n’avaient plus franchi depuis 1994. Conscients des enjeux de ce groupe A où le Brésil fait figure d’épouvantail malgré la belle résistance opposée jeudi dernier par la Croatie lors du match d’ouverture (3-1), les hommes de Miguel Herrera ont pris la rencontre à bras le corps, en s’imposant logiquement face à une équipe du Cameroun décevante (1-0).

La faute en premier au sélectionneur Volker Finke qui a choisi de faire confiance à la même équipe qui a évolué pendant la campagne qualificative de ce Mondial 2014. C’est donc avec grand étonnement que les fans des Lions ont (re) découvert à l’axe central de la défense, le duo Nkoulou-Chedjou en lieu et place de Matip-Nkoulou. Lequel a pourtant porté ses fruits pendant les matchs amicaux qui ont ponctué la préparation du Cameroun en Europe. Autre surprise, la titularisation sur le flanc gauche de Benoît Assou Ekotto préféré à Henri Bedimo dont les statistiques et la régularité à ce poste plaident largement en sa faveur. Résultat des courses : jeu insipide et sans relief ; manque d’animation offensive au milieu de terrain, absence d’explosivité en attaque où Eto’o et Moukandjo se sont mêlés les pédales. Idem en défense où les erreurs de marquage et de placement ont coûté le scalp aux fauves.

Equipe conquérante

Même le jeune premier Cédric Djeugoué adulé et crédité d’un sans faute pendant les matchs tests, a manqué de tonicité sur ce couloir droit où on croyait déjà être sa chasse gardée. Avait-il le choix dans ce dispositif tactique où Choupo Moting généreux dans l’effort, a dû jouer le besogneux quelques fois pour venir le dépanner ? Au bout du compte, sous des trombes d’eau ininterrompues à l’Arena das Dunas de Natal, c’est bien la meilleure équipe qui s’est imposée : le Mexique emmené par un Giovani Dos Santos époustouflant.

Le capitaine des Lions aurait pu sauver les apparences et prouver que la fronde liée aux revendications des primes qu’il a menée de bout en bout, doublée de sa lettre au peuple camerounais à la veille de cette rencontre, étaient des signes avant-coureurs d’une équipe conquérante. Hélas ! La réalité sur la pelouse a triomphé. Sa frappe sur un service d’Assou-Ekoto étant venue lécher le montant droit d’Ochoa en première période (21e), les hommes de Volker Finke ont soufflé le chaud et le froid face à la tactique mise en place par le Mexique.

Les Lions auraient pris une sacrée douche…mexicaine si ce n’était l’arbitre qui a refusé à El Tricolor deux buts pour le moins discutables. (Giovani (11e) ; Peralta (48e). Un coup franc dévié d’Assou-Ekoto aurait pu permettre au Cameroun de prendre le dessus à la 58e minute. Finalement, la morale a été respectée, Peralta, l’homme providentiel du Mexique a ouvert le score après une première tentative de Dos Santos repoussée par Charles Itanje. Ce dernier qui a sauvé le Cameroun du naufrage plus d’une fois. Pendant que le portier mexicain va garder sa cage inviolée en se détendant parfaitement sur la seule tentative cadrée du Cameroun : une tête de Moukandjo à la 91e.

Pauvres Lions ! Il ne reste plus qu’à espérer qu’ils ont retenu la leçon car le prochain rendez-vous, mercredi face à la Croatie, aura beaucoup plus l’air d’une revanche qu’un simple match de gala comme ceux qu’on surnomme déjà « chasseurs de primes» nous ont habitués ces quatre dernières éditions du Mondial. C’est l’ultime chance et il faudra pour cette fois, mouiller le maillot…en vrai.

Ce qu’ils pensent du match

Volker Finke, sélectionneur du Cameroun: «Se mobiliser pour le prochain match»
Nous aurions pu marquer les premiers et c’est pourquoi c’est vraiment dommage de perdre un tel match. A la limite, je pense que nous méritions au moins le point du match nul, mais pas cette défaite cruelle. Les premières minutes ont été très compliquées pour nous mais nous avons su réagir et nous sommes bien revenus dans la rencontre. On s’est créé des occasions et avec un peu de réussite, on aurait pu en mettre une au fond. C’est dommage mais c’est le football et il faut d’ores et déjà se mobiliser pour le prochain match qui sera décisif. Pour l’heure, malgré notre défaite, rien n’est perdu.

Samuel Eto’o, capitaine des Lions indomptables: «Tout faire pour revenir dans la course»
On espérait mieux entrer dans la compétition, on est un peu déçu. Nous avions un esprit positif pourtant, mais Dieu en a voulu autrement… Il faut maintenant penser à ce prochain match contre la Croatie qui déterminera notre avenir. Comme eux, nous aurons besoin d’une victoire. Il faudra tout faire pour revenir dans la course à la qualification. Le foot nous a montré qu’il n’était pas une science exacte. Ce ne sera pas facile mais on va se préparer et mettre ce qui s’est passé derrière nous. Nous étions venus avec l’intention de faire un match correct et de gagner. Ça n’a pas été le cas mais il faut regarder devant et se dire que nous sommes dans la même situation que la Croatie. C’est le seul moyen de se donner de l’espoir avant d’affronter le Brésil. Il faut voir aussi les choses positives. On a les capacités de gagner contre toutes les équipes. Le plus important, ça reste la Croatie.

Benjamin Moukandjo, attaquant: «Corriger ce qui n’a pas marché»
Ça a été difficile. On a toujours les boules de perdre un match. Vu la physionomie, on aurait quand même mérité d’égaliser. Un match nul aurait été plus logique. On perd trois points et on se fait distancer dans la course à la qualification, mais il reste deux gros matches. Si on veut gagner, il va falloir se créer plus d’occasions. Là, on a essayé d’attendre, de procéder par contres. Ça a plutôt bien marché quand on a été menés. On a eu certaines situations intéressantes. On va essayer de corriger ce qui n’a pas marché pour montrer un autre visage contre la Croatie. Tout n’est pas fini.

Stéphane Mbia, milieu de terrain: «Rien n’est impossible»
La Croatie, ce sera aussi un match dur. Les Croates seront même plus agressifs encore que le Mexique. Mais n’anticipons pas, ce n’est que le premier match. Il était très important de débuter avec un bon résultat, ce n’est pas le cas. Mais rien n’est impossible. On doit penser à la suite.

 

 

camernews-VolkerFinke

camernews-VolkerFinke