camernews-Charles-Ndongo

Charles Pythagore Ndongo : le talent et la fidélité récompensés

Charles Pythagore Ndongo : le talent et la fidélité récompensés

L’ancien directeur central de l’information télé devrait cette fois montrer qu’il est également un manager compétent. Un pari qui est loin d’être gagné.

Depuis qu’on sait Amadou Vamoulké sur un siège éjectable, notamment après son inculpation au Tcs, le poste de directeur général de la Crtv était plus que jamais vacant. D’ailleurs, on savait les postulants déjà en ordre de bataille pour la succession de l’ancien Dg de l’Imprimerie nationale. Et parmi les noms qui circulaient, celui qui revenait le plus était celui de Charles Pythagore Ndongo.

A côté de celui de son alter ego à la radio, Alain Belibi. Tout comme Alain Belibi, Charles Ndongo en 2012 avaient bénéficié à travers un décret signé du président de la République d’une rallonge de 2 ans sa période d’activité alors qu’il devait faire valoir ses droits à la retraite. Une seconde rallonge a même suivi. Et c’est justement à 2 mois de sa retraite que le chef de l’Etat a décidé de lui offrir ce « cadeau » : la direction générale de la Crtv. Confirmant cette appellation de « journaliste du président » qui lui colle si bien à la peau.

D’ailleurs pendant près de 30 ans de service, Charles Pythagore Ndongo n’a eu de cesse de prouver son grand génie des maîtres de la parole. Le journaliste des grands évènements. D’autres le comparent au talentueux Patrick Poivre d’Arvor, ancien de Tf1. Présentateur du journal à l’avènement de la télévision au Cameroun, Charles Pythagore Ndongo est l’idole de plusieurs jeunes journalistes.

D’ailleurs à l’Ecole supérieure des Sciences et techniques de l’Information et de la Communication (Estic), il transmet son savoir faire à la jeune génération en y donnant des cours de télévision. Il est le commentateur vedette du défilé du 20 mai au boulevard éponyme, des réceptions au palais d’Etoudi. Il est l’un des journalistes qui ose parfois « voler » une réponse au chef de l’Etat.

Malgré son talent, certains disent qu’«il n’est pas l’homme le plus aimé des Camerounais qui reconnaissent tout de même son art de la mauvaise interprétation des faits et une lecture outrageusement partisane des événements ».

Ses détracteurs disent de lui qu’il est un « spécialiste des refrains grivois à la Crtv, ce fin calculateur qui croit à son gigantisme, est parfois imbu de lui-même au point d’incarner la pluralité de l’égo ». Alors question : sera-t-il un bon manager ? C’est tout le mal qu’on peut lui souhaiter.

 

camernews-Charles-Ndongo

camernews-Charles-Ndongo