camernews-Chantal-Biya

Chantal Biya offre son cœur aux populations d’Abong-Mbang

Chantal Biya offre son cœur aux populations d’Abong-Mbang

La cérémonie d’inauguration de l’hôpital de district  rénové du chef-lieu du département du Haut-Nyong, a eu lieu jeudi dernier, sous le présidium d’André Mama Fouda, ministre de la Santé publique.

Un château d’eau, un groupe électrogène, des tables d’opérations, des défibrillateurs, des stérilisateurs, des appareils de photothérapie, des berceaux, des couveuses, des appareils d’électrophorèse, des boîtes de césarienne, hystérectomie et laparotomie, étoffent l’interminable liste des matériels médicaux dont Madame Chantal Biya, a enrichi et modernisé l’hôpital de district d’Abong-Mbang, dans la région de l’Est. A y ajouter la rénovation des 23 bâtiments existants, et la construction de 02 nouveaux, c’est sans conjecture possible, l’expression de cœur d’une illustre Dame dont la magnanimité, l’humanisme et la bienfaisance ont traversé les continents.

Et le soleil luit. 

Ce jour du jeudi 17 juillet 2014 à Abong-Mbang, a vu fils et filles de cette ville et localités, se diriger massivement vers l’hôpital de district qui accueille André Mama Fouda, venus apporter la caution gouvernementale à l’initiative philanthropique de l’épouse du président de la République. Rehaussée par la présence des élites locales de premier choix telles que Emmanuel Bondé, ministre des Mines et du Développement industriel, Ange Michel Angouing, ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, lesquels se sont fortement impliqués autour du préfet du Haut-Nyong, pour la retentissante réussite qu’a connu l’évènement, et Jean Baptiste Bokam, le Secrétaire d’État à la gendarmerie qui, quoi qu’absent personnellement, sont les grands artisans des festivités ayant consacré l’inauguration de l’hôpital rénové par la fondatrice et présidente des Synergies Africaines.

Créé en 1930 par Eugène Jamot, la structure sanitaire croupissait déjà depuis une dizaine d’années, sous les coups de boutoir du temps et de la négligence, a donc vu aujourd’hui, le soleil se lever sur lui : entièrement rénovée par celle qui il y a 20 ans, passait alors de Chantal Pulchérie Vigouroux, à Chantal Biya. « Il y a longtemps, Abong-Mbang a connu des maladies endémiques comme la maladie du sommeil. Le Dr Eugène Jamot a construit cet hôpital pour y faire face. Avec le temps, il a pris un coup de vieux : bâtiments tombés en ruines, équipements vétustes. Informée, notre mère (la Première dame, ndlr) bien aimée a décidé de voler à notre secours, en procédant à sa rénovation »,  dira Charmant Oyal, maire de la ville qui ouvrira le bal des tribuns.

De l’auréole…

Les populations locales ne se sont laissé ravir la vedette. Elles ont pour porte voix, Armand Ndjodom, secrétaire général du ministère des Postes et Télécommunications, lequel, exprimera toute leur gratitude à l’endroit de Mme Chantal Biya pour, dira-t-il, «  ces embellies qui rendent la vie plus agréable dans la région. » Quant au Dr Dénis Nsamè, directeur de l’hôpital rénové, c’est à lui que naturellement, reviendra la primauté d’énumérer avec de sommaires explications, le vaste ensemble des matériels cités plus haut. « Avec ce bijou que nous a offert Mme Chantal Biya, le développement va certainement suivre, car une société ne peut se développer qu’avec des hommes forts et en bonne santé », propos qui termineront l’allocution du médecin-chef de l’hôpital de district rajeuni.

En rappel. 

Avant sa réfection en 2009, l’institution sanitaire du Haut-Nyong comptait 23 bâtiments, dont 13 seulement étaient opérationnels, pour un total de 50 lits d’hospitalisation. Sa fréquentation était alors d’environ 1.000 malades hospitalisés, avec 6000 consultations par an. Il y a des années, la formation relookée,  comprend 25 bâtiments modernes et fonctionnels repartis  en différents services.

C’est ainsi qu’on y trouve celui des urgences, maternité, néonatalogie, pédiatrie, médecine interne, hospitalisation, bloc opératoire, unité de prise en charge des personnes vivant avec le VIH, un centre de traitement de tuberculose, d’imagerie médicale et, de télémédecine. La cérémonie ponctuée de danses et de musiques, a aussi, enregistré la présence de l’importante délégation du Cercle des amis du Cameroun (Cerac), conduite par Linda Yang, sa coordonnatrice générale.

camernews-Chantal-Biya

camernews-Chantal-Biya