camernews-Leon-Tuam

Ceux qui se disent que la rébellion du nord Cameroun vise la prise de Yaoundé se trompent

Ceux qui se disent que la rébellion du nord Cameroun vise la prise de Yaoundé se trompent

Plus les jours passent, nombreux sont des Camerounais qui comprennent que ce qui se passe au nord du Cameroun n’est rien d’autre qu’une rébellion larvée non nationale, fabriquée de toutes pièces par des forces extérieures avec des appuis de brebis galeuses internes.Il y a quelques mois j’ai insisté dans un article que ce qui se déroule au nord n’était pas le Boko Haram qui est connu au Nigéria, mais certains esprits malhonnêtes ou achetés m’ont jugé très sévèrement.

Ce que je voudrais dire ici et de manière précise et concise, c’est que le gros perdant ne serait que le peuple d’Um Nyobé si la situation s’aggravait. D’un côté on a un régime qui tend à sa fin, et de l’autre des antipatriotes criminels en puissance qui veulent s’allier aux prédateurs sanguinaires pour avoir le pouvoir.

En réalité, cette rébellion larvée du nord ne vise pas essentiellement la prise de Yaoundé. Les forces qui l’ont conçue et la conduisent à partir de l’ombre visent à diviser le pays, à le piller de l’Est en montant vers le nord, à l’endetter davantage pour ensuite obliger (s’il était besoin) les malhabiles autorités du pays à négocier.

Et qu’est-ce négocier ici ? Négocier ici veut dire que Yaoundé devrait en ce temps-là accepter tout ce qui est vu comme pierre d’achoppement ou raison d’être ou d’enfantement de cette déstabilisation, qui n’est bien sûr que les intérêts de ces forces extérieures, avec en première place la France.

A défaut de cela, l’on aboutirait à la création à la longue d’un ensemble d’Etats fictifs très dépendants comprenant le nord de la RCA, le sud du Tchad, et continuant du nord-est du Cameroun au nord du Mali en passant par le nord du Nigeria, le sud du Niger.

Ceci peut sembler chimérique pour certains dormeurs africains. Je souligne que si les Africains restent assis, s’ils ne se mettent pas vite debout de façon concertée et intelligente pour se défendre, ils seront désagréablement surpris. Et dans cette lutte, les Etats africains qui joueront la carte de l’égoïsme en se faisant amis des

prédateurs, verront plus tard qu’ils n’étaient que des proies en attente d’être dévorées à leur tour.

Je dis avec insistance ici que les Camerounais qui s’impliquent et s’impliqueront dans cette rébellion non nationale du nord, ne sont ou ne seront que des aveugles et aventuriers qui s’apercevront de leur erreur quand il sera trop tard.

Parmi ces compatriotes collabos ou valets, les plus naïfs découvriront, larmes aux yeux et esprits en proie à la torture, que des mains prédatrices étrangères les avaient utilisés juste pour leurs propres intérêts comme partout en Afrique, en Syrie, en Irak, en Ukraine, etc.

C’est sur la base de certaines informations que j’avais décrié et condamné la visite de Guillaume Soro au Cameroun. Certains Camerounais qui s’accoquinent avec ce fils de Lucifer ivoirien savent bien qu’ils ne défendent ni les intérêts du peuple camerounais ni ceux de l’Afrique. Ils porteront l’entière responsabilité de ce qui s’en suivra ; et ils n’iront pas loin.

Etant établi que Paul Biya tarde à favoriser un changement pacifique au Cameroun, j’encourage toute forme de résistance et toute action nationales populaires conduites par des patriotes, qui conduiraient à ce changement tant attendu au Cameroun ; mais jamais je n’appuierais ce qui a l’air du schéma ivoirien.

Les hiboux et vautours camerounais amis de Soro qui veulent répéter la sale page ivoirienne au Cameroun se trompent. Quand les Camerounais s’en convaincront, (et ils ne tarderont pas à le faire) alors ils se lèveront et feront obstacle à ces voyous sans scrupules. Ils choisiront d’être des milliers de Blé Goudé à la Haye, car les patriotes africains ne sont plus intimidables.

Les autorités françaises qui font passer au Cameroun des armes et du matériel de guerre dits centrafricains et qui sont destinés à combattre le Cameroun dans les jours qui suivent, doivent savoir que les Camerounais portent une vieille plaie qui saigne venant de la France, et qu’ils l’attendent fermement quand elle revient y remuer le couteau. Ils ont le droit de se défendre à leur manière.

J’invite le peuple d’Um Nyobé à rester vigilant. J’avais tôt eu la certitude que l’on n’avait pas affaire au nord de Boko Haram. Je doutais jusqu’à récemment de la nature des acteurs cachés sous cette rébellion larvée et suis aujourd’hui convaincu que ces meneurs ne sont pas des patriotes, ce qui fait que celle-ci n’est pas nationale, et ne peut en aucun cas bénéficier du soutien populaire.


Je continue d’insister que Paul Biya doit s’arranger à laisser le pouvoir le plus tôt possible et vivre en paix au milieu des Camerounais qui sauraient lui pardonner ses crimes économiques et politiques.

Mais s’il s’avérait qu’il a fait exécuter le docteur Guérandi Mbara (puisque depuis il garde le silence sur cette affaire) alors, je dirais qu’il s’est seulement ouvert les portes de l’enfer.

Quelle que soit l’épaisseur de la nuit qui nous attend encore devant, quelle que soit la rougeur ou la chaleur du feu qui nous attend devant, la cause nationale triomphera et le peuple d’Um Nyobé enfin jouira de sa souveraineté.

 

 

camernews-Leon-Tuam

camernews-Leon-Tuam