camernews-Brice-Nitcheu

CES ANTI-BIYA DE LA DIASPORA : BRICE NITCHEU, L’INCREVABLE DU GROUND ZERO

CES ANTI-BIYA DE LA DIASPORA : BRICE NITCHEU, L’INCREVABLE DU GROUND ZERO

Exilé en Grande-Bretagne, il est principalement connu pour ses assauts multiples à l’hôtel où Paul Biya à l’habitude de déposer ses valises à Genève.

Brice Nitcheu est un vieux routier de l’activisme politique et l’un des plus redoutables adversaires au président Biya. Il est de la « première cuvée » des années 90. Il a fait ses premiers pas à Cap Liberté, auprès de Djeukam Tchameni, où il animait le Bulletin d’Information de cette Organisation, « Cap Info ». Il est secrétaire provincial de l’Union pour le Changement au moment des élections présidentielles de 1992. Il assurait alors l’intendance du siège de cette union à Douala.

On le soupçonne d’avoir imprimé les premiers « Cartons Rouges » qui avaient paralysé le pays dans l’imprimerie de son frère aîné l’Honorable Jean Michel Nintcheu. Entre 1990 et 1997, il est arrêté 18 fois, et accusé lors de sa dernière arrestation en juin 1997, de « tentative de déstabilisation des institutions de la République par la force ». Une campagne internationale lancée par Amnesty International permet d’obtenir sa libération. En mars 1998, alors qu’il effectue un voyage à Paris dans le cadre du « Comité pour la libération de Puis Njawe », il est arrêté à l’aéroport de Douala, accusé « d’intelligence avec des forces extérieures », et assigné à résidence pendant plus d’un an. Il lui  est interdit de quitter la ville de Douala, et il doit signer tous les jours dans un registre à la Direction de la surveillance du territoire.

Il quitte clandestinement le Cameroun en février 1999 pour l’Angleterre, où il y vit depuis lors. Après avoir collaboré avec le Sdf, en 2007, il devient le secrétaire exécutif du Code, et crée, entre autre, la Fondation Moumie. « Je suis vigilant », déclare Brice Nitcheu, qui a pris soin de s’entourer des « durs » de la diaspora. Avec ses amis du Code, il a fait de Genève un terrain de bataille avec le régime en place. L’Hôtel Intercontinental, qu’il appelle le « Ground Zero », est l’une de ses cibles principales. Cet ami de Guerandi avoue que « depuis que ce dernier a été enlevé », il est conscient que tout peut lui arriver, mais il estime que « la peur a changé de camp ». Derrière son air inoffensif, se cache un activiste redoutable et implacable, qui est devenu la figure incontestable de l’opposition à Paul Biya dans la diaspora.

Brice Nitcheu est expert-consultant sur les risques d’investissements. Il dirige une firme basée au cœur de Londres, dont il est l’un des fondateurs. Il travaille avec un réseau d’investisseurs, supervise et sécurise leurs investissements en Afrique, en protégeant les intérêts du Continent. «Nous avions sécurisé l’année dernière de nos partenaires plus de 200 milliards Fcfa pour un vaste projet dans le domaine Agro-industriel dans le Sud du Cameroun qui allait créer jusqu’à 5000 emplois», dit-il avec une pointe de regret. « Mais lorsque le pouvoir a découvert que j’étais derrière la dynamique, il a placé des barrières partout, et nous avons orienté le projet dans un autre pays africain ».

«” Je ne reviens pas au Cameroun tant que Biya est là », dit-il. « Mais, nous serons au cœur de la transition dans ce pays, et personne ne nous l’empêchera », conclut-il.

 

camernews-Brice-Nitcheu

camernews-Brice-Nitcheu