Centrales thermiques:des démantèlements en vue

Après celle d’Ahala à Yaoundé, le concessionnaire prévoit d’autres suppressions en raison des charges jugées trop élevées

 

«Tout ce qui est thermique est toujours très coûteux », assure Zengue Akamba, expert en génie électrique. Ce haut cadre de Electricity Development Corporation (EDC) a été coordonnateur du Programme thermique d’urgence (PTU) national, conçu par les pouvoirs publics en 2010 et ayant mis en service dès 2012 quatre centrales : Yaoundé-Ahala (60MW), Bamenda (20 MW), Mbalmayo (10 MW) et Ebolowa (10 MW). Zengue Akamba explique que « compte tenu des contraintes de 2010, où le pays faisait face à un déficit énergétique sans précédent, l’on a été obligé de recourir en urgence aux centrales thermiques pour une production additionnelle afin d’atténuer les délestages électriques ». Mais aujourd’hui, avec la construction de certaines infrastructures de production, dont le barrage réservoir de Lom Pangar, les contraintes d’autrefois ont été allégées, le pays gère beaucoup mieux l’étiage. Du coup, l’on pense déjà au démantèlement de certaines centrales thermiques, notamment en zones rurales.
En effet, le 30 mars dernier, lors de la 1ère session du comité de pilotage du projet d’électrification rurale, Phase II, tenue au ministère de l’Eau et de l’Energie (MINEE) à Yaoundé, l’un des sujets à l’ordre du jour portait sur une demande d’ENEO, sollicitant le démantèlement de certaines centrales thermiques, jugées polluantes et particulièrement coûteuses. Ce jour-là, face à la presse, Ousmanou Moussa, directeur général de l’Agence de l’électrification rurale (AER), expliquait que ces centrales thermiques tournent au carburant qui coûte cher à l’achat, mais qu’il faut également transporter pour atteindre les localités à électrifier, difficile d’accès en saison de pluie. « La meilleure solution c’est de démanteler ces centrales thermiques et adapter les localités concernées aux nouvelles sources d’énergie, notamment le solaire ». Le DG de l’AER en avait profité pour rappeler que le gouvernement est en train de réaliser un vaste programme d’électrification rurale, soit 166 localités, avec des centrales solaires au niveau de chaque village. En plus, chacune aura un transformateur élévateur, un transformateur abaisseur et des lignes basse-tension.