camernews-celestin-djamen-photo-robert-ndonkou

Célestin Djamen: «Le réaménagement ministériel n’intéresse aucun camerounais»

Célestin Djamen: «Le réaménagement ministériel n’intéresse aucun camerounais»

D’après le cadre du Social Democratic Front, principal parti de l’opposition, le décret du Chef de l’Etat de ce vendredi 02 octobre 2015, modifiant la composition de son gouvernement n’apporte rien de concret au quotidien des camerounais.

Invité à l’émission spéciale organisée par Equinoxe Télévision, à la suite du réaménagement Ministériel décidé ce vendredi 02 octobre 2015 par le Président de la République Paul Biya, Célestin Djamen, cadre duSocial Democratic Front (SDF), principal parti de l’opposition, n’a pas fait dans la langue de bois. Selon lui, la décision du Chef de l’Etat de modifier la composition de son Gouvernement, n’est rien d’autre qu’un spectacle «politico-médiatique» qui n’aura aucune incidence réelle sur le quotidien des camerounais: «Les camerounais ne veulent plus du spectacle. Ce réaménagement ministériel pour moi, n’intéresse aucun camerounais. Ecouter les dans les rues, ils ne parlent pas de ça parce que leurs problèmes sont urgents, sont quotidiens. C’est des problèmes d’hôpitaux, c’est des problèmes de santé publique, des problèmes d’eau potable, des problèmes de bas salaires, ça c’est évident», a déclaré le Conseiller municipal à la Commune de Douala 1er.

Il ajoute: «On voit bien que depuis 33 ans qu’on remanie, il n’y a pas de changement notable, le Cameroun ne fait que reculer. Il faut vraiment une volonté politique. Je rappelle qu’en 2013, Monsieur Biya a qualifié d’inerte son gouvernement, il n’a tiré aucune conséquence et pourtant lui-même a qualifié la situation d’urgente. On ne sait pas pour quelle raison objective, il a choisi de remanier aujourd’hui. Ce que je suis en train de dire, c’est que les camerounais en ont marre de ce spectacle. On n’a plus besoin des spectacles politico-médiatiques. On veut que les problèmes du quotidien soient réglés. Nous, au sein du SDF, nous ne courons pas derrière les postes. On veut un changement de système.» S’insurge Célestin Djamen.

Il n’était pas le seul à se montrer pessimiste sur ce plateau dirigé par Sandrine Yamga. Phillipe Nanga, responsable de l’ONG Un monde Avenir était plus ou moins du même avis. Ce dernier semblait par ailleurs déçu par l’absence de responsables de l’opposition parmi les nouveaux promus. «Sur le plan stratégique, je ne vois aucun changement qui a été apporté au sein de ce gouvernement qui pourrait donner espoir. En réalité aujourd’hui, la situation qui avait été décrié il y a deux ans par le Chef de l’Etat comme étant grave du point de vue du développement, pour corriger, je me serais attendu à ce qu’il y ait une sorte d’ouverture parce qu’aujourd’hui quand même, je pense, qu’après 33 ans passés, plusieurs changements opérés, on n’a pas obtenu quelque chose de concret en termes de changement positif pour améliorer les conditions de vie des camerounais. A partir de ce moment là, il me semble qu’aujourd’hui, il est nécessaire d’avoir une réflexion globale concertée qui implique tous les autres acteurs pour pouvoir avancer.» A soutenu l’acteur de la Société civile.

Voici le décret du Président de la République.

 

camernews-celestin-djamen-photo-robert-ndonkou

camernews-celestin-djamen-photo-robert-ndonkou