camernews-cavaye-yegue-djibrilcamernews-cavaye-yegue-djibril

Cavaye Yeguié Djibril: La mascotte anti-Boko Haram

Cavaye Yeguié Djibril: La mascotte anti-Boko Haram

L’implication personnelle de cette élite de l’Extrême-Nord pourrait sortir le septentrion des griffes de la secte islamique.

«L’Extrême-Nord est aujourd’hui dans l’étau de Boko Haram. Si rien n’est fait d’urgence, le Nord et l’Adamaoua qui partagent également la grande frontière avec le Nigeria pourraient subir le même sort des incursions terroristes». La sonnette d’alarme est d’un ressortissant de l’Extrême-Nord ayant pris part à la récente réunion de l’élite nordiste à Yaoundé. C’était le 10 avril courant. Convoquée à l’initiative du président de l’Assemblée nationale (Pan), cette rencontre a consisté en la mise sur pied d’un front nordiste contre la secte islamique Boko Haram. L’information relayée par notre confrère l’Œil du Sahel est consécutive à l’enlèvement (dans la nuit du 4 au 5 avril) de trois religieux près de Maroua. Une dizaine de jours après leur kidnapping, l’on est toujours sans nouvelle des Pères Antonio Giovani Alligri et Paolo Marta (tous deux Italiens) et de la Sœur Gilberte Bissiére, une Canadienne âgée de 80 ans. Mais une question reste en suspens: Que peut bien l’élite nordiste face à la recrudescence du phénomène d’enlèvement des occidentaux? «Pas grand-chose. Mais cette coalition, du point de vue stratégique, peut faire évoluer les choses en faveur du Cameroun», fait observer un observateur averti. Et d’ajouter : «Comme à son habitude Cavaye Yeguié Djibril fait office de locomotive dans cette bataille collective», dit-il. Sur les motivations du Pan à fédérer l’élite nordiste, les avis divergent. Une frange croit savoir que la 3e personnalité du pays jouit d’une assez grande crédibilité auprès du chef de l’Etat. «Cette situation peut permettre de faire adopter des mesures drastiques en matière de lutte contre l’insécurité transfrontalière», soutient un député dans l’Adamaoua. Une autre catégorie fait appel à l’histoire. Ainsi, «c’est grâce à Cavaye Yeguié que nous avons pu stopper la saignée du coton camerounais vers le Nigeria. Après avoir publiquement condamné le phénomène [il y a 2 ans], il est lui-même descendu sur le terrain pour mener la lutte», se souvient un responsable de la Sodécoton en poste à l’usine de Maroua. Cavaye: «mon combat» ! Ajouté à cela il y a son statut de lamido de Mada dans le Mayo Sava. Une influence non négligeable, laquelle pourrait permettre à Cavaye Yeguié d’engager véritablement les autres chefs traditionnels jusque-là indifférents. «Beaucoup vers la frontière ont peur de combattre Boko Haram de peur de représailles. Je pense que s’ils ont la protection du Pan, ils accepteront de coopérer», a confié au téléphone un lamido de l’Extrême-Nord. Une chose est sûre, l’implication effective des lamibés du Grand Nord permettrait à l’armée camerounaise de mieux asseoir son renseignement prévisionnel sur l’ensemble de la région. Une équation jusque là difficile, et que s’attèle à réaliser Cavaye Yeguié à travers son front nordiste anti-Boko Haram. Né vers 1940 à Mada, localité dont il est le chef depuis la mort de son père en 1971, Cavaye Yeguié Djibril est un combattant-né qui a toujours su se tirer des situations difficiles. A l’âge de dix (10) ans, il est inscrit à l’école publique de Mora. Il y obtient le Cepe en 1956. L’élève hors-pair est ensuite admis au collègue moderne de Garoua. En 1963, après l’obtention du Bepc, il est admis au Centre régional des sports. D’où il sort auréolé du grade de maître d’éducation physique. C’est le début d’une carrière dans l’administration. En 1970, il est élu contre vents et marres à l ‘Assemblée nationale, dans les rangs de l’Union nationale camerounaise. En 1988, il est secrétaire d’administration, puis premier adjoint préfectoral à Maroua. Son retour à l’Assemblée nationale a lieu en 1992. En 1997, sa candidature est contestée mais jamais refoulée. De même qu’en 2002, 2007 et 2013. Par la force du destin, l’inamovible Cavaye tient bon. Le «fidèle à Paul Biya» a désormais en ligne de mire Boko Haram. Qui vivra verra !

 

camernews-cavaye-yegue-djibrilcamernews-cavaye-yegue-djibril

camernews-cavaye-yegue-djibril