Cathy-Chaise: amazone du bikutsi

Dix ans après son premier album solo, la chanteuse tente de se relancer.

 

Plus de deux décennies sur la scène musicale nationale et internationale. Et la chanteuse camerounaise, Cathy-Chaise ? ne paie pas de mine. Après son premier album solo « Ekore Sima » sorti en 1997, l’artiste à la voix voluptueuse vient de commettre une nouvelle galette de quatre titres intitulée  « Mama tie chibida ». Dans cet album, amour, déception, infidélité et trahison sont abordés dans différents registres musicaux. De la word musique en passant par le bikutsi et la rumba, Cathy-Chaise célèbre sa génitrice. Celle-là qui a toujours été présente dans sa vie et a joué son rôle de mère quand bien même tout semblait sombre pour l’artiste et sa fratrie. « Reviens-moi » ou encore « Nem », des plages de l’album, s’insurgent contre l’infidélité de la gente féminine. « Le titre Nem signifie cœur et raconte l’histoire d’un homme victime de l’infidélité de son épouse », explique l’artiste.

C’est en 1998 que Cathy-Chaise fait ses premières armes dans le groupe les Mollets d’Acier de la capitale en tant que chanteuse. Un an plus tard, l’artiste se retrouve dans un autre groupe appelé « Les Martiens ». Elle n’y fera pas long feu après de multiples mésententes avec le groupe. En 1996, l’artiste-musicienne décide d’évoluer en solo. Auteure-compositeur et interprète, Cathy-Chaise a remporté l’année dernière en France, le prix de la meilleure artiste de la Word musique des trois frontières grâce à son titre « Chidiba ». Une façon de confirmer sa présence sur la scène.