camernews-carnet

Carnet – Hommage: Samuel Eto’o fils pleure la mort de son «papa» spirituel

Carnet – Hommage: Samuel Eto’o fils pleure la mort de son «papa» spirituel

Avant le match capital pour le titre de champion d’Angleterre qui va mettre aux prises demain lundi 3 février, son équipe Chelsea à Manchester City, Samuel Eto’o fils se dit très bouleversé par le décès de Luis Aragones, l’entraineur espagnol qui a encadré ses débuts en Espagne.

Avant le match capital pour le titre de champion d’Angleterre qui va mettre aux prises demain lundi 3 février, son équipe Chelsea à Manchester City, Samuel Eto’o fils se dit très bouleversé par le décès de Luis Aragones, l’entraineur espagnol qui a encadré ses débuts en Espagne.

«Mon cœur est dans une tristesse immense en ce jour où un grand homme nous a quitté. Plus qu’un coach, Luis Aragonés, était pour moi comme un père. Je garde d’excellents souvenirs de notre relation et de mon expérience à Mallorca. Cher papa, merci pour tous tes enseignements, tu vas nous manquer». Samuel Eto’o fils fait ainsi part de son chagrin et dans la foulée, il rend également un vibrant hommage à l’illustre disparue.

José Luis Aragones est décédé hier samedi 1er février dans une clinique de Madrid, sa ville natale où il a vu le jour il y a 75 ans. Avant d’embrasser la carrière d’entraineur, Zapatones, le petit nom du défunt, s’est d’abord fait distinguer comme excellent footballeur. Il débute sa carrière de joueur en 1957 à Getafe CF. Mais, c’est à l’Atlètico de Madrid qu’il produira ses meilleures performances en remportant trois titres nationaux et un trophée de meilleur buteur de la Liga.

Comme entraineur, José Luis Aragones, effectuera presque toute sa carrière dans son pays natal, aux commandes des équipes tels que FC Barcelone, Atlètico de Madrid, Valence FC, Betis Seville ou RCD Majorque, le club de cœur de l’international Samuel Eto’o fils. A la tête de l’équipe nationale d’Espagne, Aragones remporte le titre de Championne d’Europe en 2008. Après 34 ans de bons et loyaux services sur sa terre natale, il tente une aventure en 2008 en Turquie à la tête de l’équipe mythique Fenerbahçe. Cette expérience tourne court, le technicien espagnol est limogé au bout d’un an alors qu’il s’était engagé pour trois saisons sportives. Revenu en Espagne, José Luis Saragones est resté sans club jusqu’au moment où il annonce en décembre 2013, sa retraite.

Homme de caractère, sa réputation a pris un sérieux coup lorsqu’un jour de 2004, il a proféré les insultes racistes contre Thierry Henry. Il avait alors qualifié l’international Français de « noir de merde ».

Peu de temps après son décès, sa famille a annoncé que José Luis Aragones sera inhumé ce dimanche 2 février 2014 dans la plus stricte intimité.

 

 

camernews-carnet

camernews-carnet