camernews-Adamou-Ndam-Njoya

Carburants : Ndam Njoya flambe de colère

Carburants : Ndam Njoya flambe de colère

Le président national de l’Udc soutient qu’il faudrait réduire la taille du gouvernement, et les nombreuses dépenses de luxe de celui-ci.

«En imposant au peuple, par une décision aux conséquences économiquement et socialement redoutable, en faisant une annonce imprécise d’augmentation des salaires qui aurait logiquement précédé l’aggravation des charges des ménages qui est par contre entrée immédiatement en vigueur, le gouvernement se prête à un jeu aux conséquences redoutables.» Incisif comme à l’accoutumée lorsqu’il s’agit de donner son point de vue sur une décision controversée du gouvernement, le président de l’Union démocratique du Cameroun (Udc), Adamou Ndam Njoya, n’a pas dérogé à la règle hier face à la presse, au moment de donner la position de son parti sur la récente décision du gouvernement portant augmentation des prix du carburant à la pompe et du gaz domestique.

Pour l’ancien ministre de l’Education nationale, qui dit n’avoir pas été surpris par ces mesures, «au regard de la structure actuelle de notre économie, il est clair que cette décision et les mesures annoncées entraîneront sur l’économie nationale, une inflation généralisée et incontrôlable avec pour conséquence le renchérissement de la vie dans un contexte où le gouvernement s’est dit plutôt engagé à lutter contre la vie chère ».

Or, se convainc le maire de Foumban, «pour la sauvegarde de la paix sociale et la sérénité nationale nécessaires pour la production nationale et l’accélération de la croissance, l’urgence et la priorité de l’heure, militent en faveur du maintien de la subvention du prix des produits pétroliers et l’augmentation des salaires dont la non prise en compte dans le budget en cours lors de son vote en décembre 2013, dénotait un manquement à la prise en compte des problèmes réels et des préoccupations des populations ».

Tout en tentant de justifier cette décision par la pression budgétaire des subventions de l’Etat qui seraient devenues insupportables, et le souci d’augmenter son pouvoir d’action en matière de redistribution dans les secteurs sociaux plus porteurs de croissance économique, regrette Ndam Njoya, le gouvernement pense trouver des mesures d’accompagnement dans la réduction à 50% de l’impôt libératoire, de la taxe de stationnement et de la taxe à l’essieu, et une promesse d’amélioration des salaires des agents publics. « L’Udc soutient que face à la pression budgétaire, la solution socialement juste et économiquement efficace consiste en la réduction du non seulement de la taille du gouvernement, mais aussi de nombreuses dépenses de luxe que le gouvernement continue à entretenir indifféremment à la misère rampante des ménages qui seront les seuls à subir les néfastes effets de la fatale décision du 30 juin 2014», insiste Adamou Ndam Njoya.

Salaires

Du reste, l’Udc demande au président de la République, «garant de la paix et de la sécurité nationales», d’annuler la décision prise par le gouvernement portant augmentation des prix des carburants et du gaz domestique, d’intégrer dans la préparation du budget 2015, les mesures sérieuses visant à la fois la réduction des dépenses improductives de l’Etat, la taille du gouvernement et le rétablissement des salaires des agents publics, au moins à leur niveau d’avant la réduction de 1987, de traduire dans les faits, les résultats de toutes les formes de concertations paritaires avec le secteur privé pour des conditions idoines d’une amélioration des salaires des employés travaillant dans ce secteur, etc.

Pour mémoire, dès mars 2014, au plus fort de ce qui apparaissait comme une campagne médiatique visant à préparer l’opinion à l’augmentation des prix des carburants à la pompe,l’Udc avait déjà effectué une sortie pour dire non à ce projet. Jusqu’où est-elle donc prête à aller aujourd’hui pour faire reculer le gouvernement.

 

 

camernews-Adamou-Ndam-Njoya

camernews-Adamou-Ndam-Njoya