Caramba, encore raté ?

Caramba, encore raté ?

Battu sans discussion vendredi par le Mexique (1-0) pour son premier match du Mondial brésilien, le Cameroun, dont la préparation a encore été pénible, est déjà en très mauvaise posture.

Avec une défaite d’entrée contre un outsider dans un groupe au sein duquel figure le Brésil, les Camerounais sont entrés de la pire manière dans leur Mondial et pourraient de nouveau tomber de haut.

Car si les Lions Indomptables vivent encore sur le souvenir magnifique du quart de finale de l’équipe de Roger Milla en 1990, leur bilan depuis en Coupe du Monde est horrible.

Qualifié en 1994, 1998, 2002 et 2010, le Cameroun n’a en effet gagné qu’un seul match, en 2002 face à l’Arabie Saoudite.

Pour le reste quatre matches nuls, désormais huit défaites et la très mauvaise habitude de polluer sa préparation avec des problèmes extra-sportifs.

« Il y a quatre ans nous avons été catastrophiques, l’ambiance n’était pas bonne, il y avait beaucoup de problèmes. Mais cette fois ce n’est pas le cas », avait pourtant assuré le milieu de terrain Stéphane Mbia à l’AFP avant le début du tournoi.

Plus que 2010 et son zéro pointé, ce début de Mondial rappelle surtout 2002, quand les Lions avaient fait grève pendant cinq jours pour des primes non réglées, le même problème que cette année.

Les choses n’ont cette fois pas été jusque-là, mais en arrivant au Brésil 24 heures plus tard que prévu et après une nouvelle grève de l’entraînement, les partenaires de Samuel Eto’o ne se sont pas mis dans les meilleures conditions pour débuter une Coupe du Monde.

match décisif contre la Croatie

« J’ai été surpris de voir avec quelle facilité nous avons pris le dessus sur nos adversaires. Je crois que mon équipe a été très supérieure », a d’ailleurs lâché le sélectionneur mexicain Miguel Herrera après le match.

Très friables défensivement et dépassés au milieu de terrain, les Camerounais se sont au moins créé une poignée d’occasions, ce qui leur laisse quelques espoirs pour la suite dans un groupe très relevé, où ils doivent encore affronter la Croatie, puis le Brésil.

« Il est important de rester positifs. Nous pouvons battre n’importe quelle équipe si c’est notre jour. Tout n’a pas été bon, mais nous avons eu des occasions de but », a ainsi affirmé Eto’o.

« Il nous faudra être meilleurs pour battre la Croatie. Ce ne sera pas facile. Nous sommes dans la même position qu’eux. Il faut que nous revenions dans la compétition », a-t-il ajouté.

Quant au sélectionneur allemand Volker Finke, qui a reconnu « des problèmes en milieu de terrain », il n’a pas caché l’importance du match contre la Croatie, mercredi à Manaus.

« Nous avons cinq jours jusqu’à notre prochain match, qui sera décisif pour notre Coupe du monde », a-t-il dit.

S’ils veulent être les héritiers de Milla et des siens et enfin hisser à nouveau le Cameroun en huitième de finale, Eto’o et ses équipiers n’ont en effet pas d’autre choix que de battre la Croatie.

 

camernews-Etoo-Nkoulou-Mbia

camernews-Etoo-Nkoulou-Mbia