camernews-celine_eko_canon_yde

Canon de Yaoundé: Assemblée générale en vue – Céline Eko: On ne laissera personne déstabiliser le Canon

Canon de Yaoundé: Assemblée générale en vue – Céline Eko: On ne laissera personne déstabiliser le Canon

Depuis le mois de décembre, le club fait face à une crise dont le dénouement est annoncé pour les prochains jours.

Depuis le début de la saison 2013-2014 du championnat national de football Ligue 1, rien ne va au Canon sportif de Yaoundé. Les séances d’entraînement sont boudées et les rangs des supporters se vident. Le Kpa-Kum est tourmenté entre défaites et affaires liées à la gestion du club. Une présidente du Conseil d’administration honnie par le Conseil des sages, des démissions en cascade (Me Eba’a Manga, ler vice-président et Bertin Ebwelle, entraîneur, ndlr), des départs de joueurs.

Un début de saison simplement triste. Le constat est sombre mais la réalité est assez claire. Le niveau de l’équipe, dernière du championnat après 10 journées, est résumé à lui seul par le goal-average: -9.

Depuis la deuxième quinzaine du mois de janvier, le Canon semble revivre un scénario récurrent ces cinq dernières années. Les PCA Henri Mvondo Mbede, de regrettée mémoire, Célestin Bombok et maintenant, Céline Eko sont contestés. Cette fois, «c’est pire. C’est un peu comme au TKC l’an dernier», décrit un joueur. Tout est parti de la finale de la Coupe du Cameroun (la première en 14 ans, disputée contre Yosa Sports et perdue aux tirs au but, ndlr) en décembre dernier.

Des critiques fusaient de partout. Le Conseil des sages a tenu une «assemblée générale extraordinaire limogeant dame Eko». Une assemblée non reconnue par la Fécafoot. Le 21 janvier dernier, le «dossier Canon» a été porté à l’attention de la Chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun par les «Sages».

Plus tôt, ce sont des personnes identifiées comme «collectif des supporters» qui dénonçaient la non-tenue d’une AG via courrier adressé à la CCA. Ces derniers rejoignaient ainsi la requête Conseil des sages. La démarche n’a pas fructueuse.

Dans les rangs des joueurs, deux équipes de Canon s’entraînent. L’une à Nkol-Ewe (conduite par Emmanuel Kunde), l’autre par le directeur sportif (Kisito Eloundou) et son préparateur physique (Narcisse Tinkeu) à l’annexe n°1. Le club connaît l’une de ses plus grandes crises qui a conduit à une série de huit défaites en dix rencontres. Au Conseil des sages, on dit avoir choisi la «voie du droit» et on «attend».

Tandis que la PCA annonce pour les prochains jours, une AG ordinaire. Pour repartir, Adolphe Eke serait en négociation avec le club pour prendre les commandes de lancement de l’équipe. Si tout est conclu, ce dernier se présentera dimanche à Douala contre Union.

Statistiques à l’issue de la 10 ème journée

Points: 6

Matchs gagnés: 2

Matchs nuls: 0

Matchs perdus: 8

Buts inscrits: 5

Buts encaissés: 14 (pire défense depuis le début de saison)

Céline Eko: On ne laissera personne déstabiliser le Canon

Céline Eko, Présidente du Conseil d’Administration du Canon sportif de Yaoundé.

Vous semblez sereine alors que le Canon est en crise…

J’ai beaucoup de mal à comprendre un certain nombre de choses. Avant, le Canon était une famille. Lorsqu’un joueur cognait à votre porte, il savait qu’il était chez lui. Nous avions à l’époque, des gens qui aimaient le sport, le servaient. Et non des gens qui veulent se servir du sport. En préparant la finale de la Coupe du Cameroun, j’ai vécu tellement de choses qui m’ont écœurée. Tenez, des mains invisibles sont allées jusqu’à substituer mon badge pour se retrouver à ma place. Je ne vais pas déballer toute la vie du Canon dans la rue mais ça ne va pas.

Qu’est-ce qui est à l’origine de ces crises incessantes auxquelles nous assistons souvent dans ce club depuis plusieurs saisons ?

Je parlerai des trois dernières années. Depuis trois ans, je constate que lorsque la subvention est payée, des adultes veulent en profiter. Ces derniers se recrutent même parmi les personnes les plus insoupçonnées. Les gens veulent gagner de l’argent sur le dos des enfants. Il a fallu que je sois PCA pour savoir que le stade de Nkol-Ewe n’appartient pas au Canon. J’ai été très déçue, au moment de réaliser des travaux au Stade malien avec un sponsor, de découvrir que l’espace ne nous appartient pas.

Il nous est arrivé des moments où lorsque les joueurs devaient s’entraîner, les propriétaires de l’espace nous empêchaient de le faire parce qu’ils l’ont loué à quelqu’un d’autre. Je crois qu’à l’époque où le terrain ne valait pas grand-chose, on aurait dû penser à avoir des installations dignes du Canon. Au lieu de penser à l’argent, nous devons trouver un espace qui appartient au Canon.

Il vous est réclamé une assemblée générale. Vous êtes pointée comme l’instigatrice de la crise…

Contrairement à ce que peuvent croire certaines personnes, je n’ai jamais refusé de convoquer une assemblée générale. Et on n’en convoque pas par plaisir. Je crois qu’on devrait avoir le souci de la vie du club au quotidien. Lors du Conseil d’administration, il y a un mois et demi, nous avons évoqué toutes les questions qui devaient permettre à chacun de participer à la vie du club. Mme Eko n’a jamais décidé de ne pas tenir d’Assemblée générale.

Il y en a une à l’horizon, puisque nous avons déjà demandé l’autorisation d’en tenir une. Cette assemblée générale sera une AG ordinaire. A cet effet, je demande à ceux qui prétendent aimer le Canon d’être présents mais surtout de contribuer à la vie du club au quotidien. Si en deux ans et demi, nous n’avons reçu que 250 000 F du Conseil des sages et que ce soit eux qui exigent la tenue d’une assemblée extraordinaire, je ne me vois pas céder. C’est quand ça ne va pas que nous devons nous retrouver. Cela fera du bien à nos enfants que nous avons l’obligation d’encadrer.

Vous parlez de 250 000 F de cotisation de la part du Conseil des sages. Mais de quoi vit donc le Canon si les membres ne cotisent pas?

Le Canon a 33 administrateurs qui devraient s’acquitter de leurs obligations qui s’élèvent à 1,5 million F par an. Mais il n’y en a que trois en plus de moi, qui se sont acquittés de leurs cotisations. En plus, nous essayons de voir des mécènes et des amoureux qui nous apportent leurs appuis. Cela peut se traduire en équipements, en prise en stage des déplacements de l’équipe. Je crois que nous ne sommes que quatre à aimer le Canon lorsqu’il faut dépenser et des milliers à applaudir en cas de victoire.

Les sages feraient mieux de ne pas pousser les enfants à douter d’eux-mêmes. Certains sages m’ont approché pour demander de l’argent afin que le Canon puisse gagner des matchs. Je trouve cela inacceptable. On ne laissera personne déstabiliser le Canon.

camernews-celine_eko_canon_yde

camernews-celine_eko_canon_yde