camernews-paul-biya-issa-hayatou

CAN 2019: Les dessous de la visite de Issa Hayatou au Palais de l’Unité

CAN 2019: Les dessous de la visite de Issa Hayatou au Palais de l’Unité

Vingt jours après la désignation du Cameroun comme pays hôte de la Coupe d’Afrique des nations 2019, Paul Biya, le président de la République, a reçu en audience, hier mercredi 08 octobre, le président de la Confédération africaine de football (Caf). Le tête-à-tête a porté pour l’essentiel, sur le programme d’organisation des deux événements qu’abritera le pays de Roger Milla en 2016 et en 2019.

Une heure d’horloge. Un échange franc et convivial que l’on pourrait résumer en un seul mot : Merci ! C’est un Paul Biya très détendu qui a reçu en audience hier Issa Hayatou dans l’un de ses salons aux lustres dorés du Palais de l’Unité. L’actualité sportive marquée par l’attribution de l’organisation des Can 2016 et 2019 au Cameroun par la Caf, la présence de l’homme fort de l’instance faîtière du football africain, par ailleurs, vice-président de la Fédération internationale de football association (Fifa) n’était plus un scoop. Puisqu’il fallait bien que le premier sportif camerounais, comme le veulent les usages, remercie son compatriote et non moins, personnalité de poids dans la validation de la candidature du pays des Lions indomptables lors de l’assemblée générale du bureau exécutif de la Caf qui s’est tenue le 20 septembre dernier à Addis-Abeba en Ethiopie.

L’audience accordée à Issa Hayatou était donc, bien plus qu’un échange, une preuve de la gratitude de Paul Biya qui s’est certainement taillé là un nouvel électorat après cette nouvelle victoire que beaucoup concèdent au Renouveau que celui-ci incarne. S’exprimant devant la presse au sortir de ce tête à tête, le numéro 1 de la Caf a déclaré avoir effectué un large tour d’horizon des questions se rapportant au football à travers le monde, et plus particulièrement à travers l’Afrique. Selon Issa Hayatou, « cette audience a été mise à profit pour évoquer les questions relatives à la bonne organisation des Can que va abriter notre pays, en 2016 pour les filles, et en 2019 pour les garçons ». Le Chef de l’Etat et la figure emblématique du football africain, apprend-on du site web de la présidence de la République, ont notamment jeté un regard prospectif sur les infrastructures sportives que le Cameroun se propose de mettre en place: «le président m’a rassuré que tout sera fait dans les délais et convenablement pour que tous les Camerounais continuent à être fiers de leur pays» Malgré le retard accumulé dans ce domaine, « tout sera rattrapé à la suite des compétitions annoncées », s’est-il réjouit.


Lobbying

C’est un secret de Polichinelle que de dire que la candidature du Cameroun pour la Can 2019 est le fruit de la mise en œuvre d’une instruction du chef de l’Etat. Après la saisine de la Caf à la fin de l’année 2013, la diplomatie made in Biya, fidèle à sa tradition, s’est mise au travail discrètement, mais avec toute l’efficacité voulue en pareille circonstance. En montant un dossier avec des arguments solides et en pratiquant du lobbying auprès des électeurs. Une stratégie gagnante qui vient se greffer à la politique de reconstruction des Lions indomptables dont le locataire d’Etoudi tient à impulser pour bâtir une équipe apte à remporter la Can 2019 pour faire oublier  le traumatisme vécu par le  Cameroun en 1972.

La venue d’Issa Hayatou au Palais de l’Unité n’intervient-elle pas au lendemain d’importants décrets du Chef de l’Etat, en faveur du mouvement sportif national ? Il s’agit du décret portant création de l’Académie Nationale de football, de celui portant création, organisation et fonctionnement des sélections nationales de football, enfin le décret portant création, organisation et fonctionnement des Comités de préparation des Can. Même si au-delà de l’euphorie que ces textes ont charriée, il reste à créer dès à présent, les conditions d’une préparation sereine de ces compétitions. Ce qu’il appelle l’élaboration sans délai d’une feuille de route, sur la base du cahier de charges de la Caf, en vue de son approbation par les autorités compétentes. Afin que les différentes commissions de travail qui seront constituées se mettent à l’œuvre le plus rapidement possible afin que rien ne se fasse dans l’improvisation et la précipitation.

 

camernews-paul-biya-issa-hayatou

camernews-paul-biya-issa-hayatou