Cameroun:Terrains de football,La Fecafoot prospecte a Bangangté

Depuis le choix du Cameroun d’abriter les CAN 2016 et 2019, la préoccupation gouvernementale de voir l’érection des stades homologués ou de normes mondiales est au plus haut point. Le 03 Novembre dernier, M. Savatier Antoine Michel Xavier, expert envoyé par la Fecafoot, vient de séjourné dans la ville de Bangangté afin de voir dans quelle mesure débuter la construction d’un stade de football.

D’après plusieurs informations jusqu’ici connues, le stade de Limbé d’une capacité d’accueil de 20 000 places assises reste jusqu’ici le plus moderne. Dans son sillage, celui de Bafoussam, livré à 80% jusqu’ici accueillera également 20 000 places assises. D’un coût estimatif de 9,1 milliards de Fcfa, il avait été lancé à l’occasion d’une cérémonie de pose de pierre par l’ancien Ambassadeur de Chine au Cameroun en compagnie de l’ancien Ministre des Sports Michel Zoah qui représentait  Philémon Yang, Premier Ministre Chef du Gouvernement.

A l’époque, dans le cadre du Programme national, de développement des infrastructures sportives (PNDIS), le gouvernement du Cameroun avait obtenu un emprunt auprès de EximBank of China à hauteur de 35 milliards de Fcfa devant financer les deux stades à savoir Limbé et Bafoussam et avait déposé une garantie financière de 16 milliards de Fcfa ; garantie exigée par la Chine.

Au regard des deux échéances avenir à savoir les CAN 2016 et 2019 y compris la réalisation des travaux de construction des stades devant abriter ces compétitions, plusieurs interrogations se posent. Que va-t-on faire du grand reliquat restant après la construction des deux stades qui coutent respectivement 9,1 milliards pour celui de Bafoussam et Limbé ? D’après des sources, les infrastructures externes à ces deux stades à savoir les hôtels, voies d’accès, hôpitaux, commerces, etc. sont estimés dans le projet à 10 milliards respectivement et ne semblent pointer un brin d’espoir de réalisation à quelques mois seulement de la première CAN en Décembre 2016.
Aujourd’hui, peut-être que d’autres alternatives devraient être préférées.

Bangangté, nouvelle lueur
La ville que dirige le Maire Célestine Ketcha Courtes ne voulant déroger à cette vague de renouvellement d’infrastructures sportives au Cameroun a déjà mis à la disposition de la Fecafoot et de l’Etat une superficie de 10 Hectares pour la prochaine construction d’un stade homologué Fifa. Un site situé entre les quartiers Nentah de Bangangté ville et Banenkouané de Bangoulap.  L’idée d’après quelques responsables approchés seraient de construire, si possible, un complexe multisport.

Mais avec pour un début la construction du stade de football, la ville devra grâce à l’impulsion de son exécutif municipal s’appuyant sur les textes régissant la décentralisation, orienter le devenir de l’équipe fanion de Bangangté à savoir la « Panthère » encore appelé en langue locale « Nzuimanto ». Selon l’expert français, un stade de dimension 120/80 m pourrait faire l’affaire car cette norme étant l’optimale en terme de construction d’aire de jeu en football d’après la Fifa.  Cette formidable sélection coordonnée par le coach Ndoumbè Bosso, qui vient d’accéder à la prestigieuse finale de la coupe du Cameroun pour le compte de la saison 2015.
 
La visite de l’expert  de nationalité française Savatier Antoine Michel Xavier reste jusqu’à présent l’espoir d’un choix futur de la ville par les responsables de la Fecafoot. Pour ce premier travail de terrain, M. Savatier Antoine va féliciter le Maire Célestine Ketcha pour sa disponibilité et sa volonté et recevra des mains de la Présidente d’honneur de la Panthère de Bangangté un maillot « porte bonheur » de « Nzuimanto ».