Cameroun/Ramadan: Maroua au régime des privations

Depuis le début jeûne, les habitudes des populations ont profondément changé.

Cela tend à s’ériger en règle. Dès le début du jeûne de Ramadan, les habitudes des populations changent. Les commerces s’ouvrent à des heures tardives. Même dans les administrations, les employés se permettent des retards. Priorité est laissée à la prière. Les fidèles musulmans prient à temps et à contretemps. Chez eux, les mariages sont suspendus depuis le début du jeûne. En journée, la vie tourne au ralenti. Encore que cette année, la canicule continue toujours à dicter sa loi, étouffant ainsi tous ceux qui voulaient se permettre certains loisirs. Mais plus le soleil tend vers le crépuscule, plus la vie revient au petit trot.

A Maroua, les principaux points de vente des beignets et autres aliments que l’on consomme lors de la rupture du jeûne en soirée sont connus. C’est à ces endroits que les musulmans, à défaut de pouvoir se procurer du nécessaire à domicile, partent se ravitailler en soirée. Ici, la bouillie et les beignets figurent parmi les aliments les plus prisés. « Avant, je faisais une recette journalière moyenne de 5000 F, mais depuis le début du jeûne, je vends au-delà de 7 000 F tous les jours », a affirmé Aïcha, une vendeuse de beignets implantée depuis des années au marché central de Maroua, au lieu-dit « centre artisanal ».

Les boutiques sont achalandées de pagnes et de boubous. Les marchands ambulants, à longueur de journée, sillonnent les débits de boisson et autres points de regroupement avec autour de leurs bras ou alors sur leurs engins, des rouleaux de pagne et les gandouras qu’ils proposent aux éventuels clients. Au niveau des ateliers de couture, ça bouge de plus en plus. Les couturiers ne sont plus au chômage. « Dans deux semaines, nous ne recevrons plus les nouveaux clients car nous commençons à être débordés », a révélé Ismaïla Mama, un couturier implanté au lieu dit « Carrefour Djarma» à Maroua. Il est question, pour les uns et les autres, d’être bien vêtu le jour de la fête de ramadan qui arrive d’ailleurs à grands pas. Un effort individuel et collectif est fait dans la communauté musulmane afin de plaire à Allah tout au long de ce mois saint.