Cameroun/citoyenneté : la ville de bafoussam se connecte au service anti perte

Un système mis sur pied par Pierre N. Tchouka permet à tout usager qui s’abonne de retrouver son objet égaré. Des téléphones portables ou pièces personnelles perdus sont remis au propriétaire contre des frais de commission.
La ville de Bafoussam se trouve au cœur des mutations technologiques ses vacances 2016
De nombreux jeunes prospectent à travers les artères de la métropole régionale de l’Ouest pour promouvoir le service anti perte mis sur pied par Pierre N. Tchouka, promoteur de Multicolor Limited. Egalement, les commerciaux de cette structure vantent les mérites d’un système de facilitation des transferts et retraits d’argent via les operateurs de téléphonie mobile opérant au Cameroun. Plus de 2000 abonnés ont déjà été enregistrés à Bafoussam en quelques semaines. Et selon Pierre Tchouka, pour l’instant, tous les usagers disent leur satisfaction. « Je suis content du déroulement des choses sur le terrain. Les usagers adhèrent à nos services. Ils trouvent nos options pratiques et novateurs et faciles à comprendre simple. Nous simplifions les choses et limitons les tracasseries administratives et policières. Nous avons humanisé la restitution des objets perdus. Notre action est citoyenne », soutient-il. Le principe est simple : il suffit de s’abonner à 200 francs

Cfa pour être inscrire dans le registre Antiperte de Bafoussam. Les téléphones portables, les pièces personnelles, les trousseaux de clés et les sacs de voyage sont des objets à sécuriser. Le promoteur de ce combat contre la négligence, et même le vol, pense que ce service vient apporter de la sérénité chez plusieurs personnes. «Imaginez-vous quel dose de stress vous emporte lorsque vous égarez vos pièces ou votre téléphone potable ? Lorsque vous êtes abonnés au service Antiperte, il y a de forte chance que grâce à l’étiquette collée sur votre objet, nous recevons un coup de fil, et nous nous chargeons de vous restituez votre objet », explique Pierre N. Tchouka. Question d’éviter tout amalgame et confusion, cet entrepreneur-social a décidé de formaliser juridiquement la structure qui porte ses actions. C’est ainsi que la Société en participation régie par les articles 854 et suivant de l’OHADA dont le gérant est Monsieur Pierre Néapolim TCHOUKA , désignée ci-après « la Société », a développé et exploite un service de recherche d’objets perdus enregistré à l’OAPI en 2003 sous le nom commercial ANTIPERTE, ci-après « le service ANTIPERTE », auquel on peut accéder par l’intermédiaire du numéro de téléphone: +237 674 47 47 74/+237670330 000/+237 690 888 883 et l’adresse e.mail: info@antiperte.com , vip@antiperte.tk web :www.antiperte.com

Whatsapp :+237 670 330 000

Twitter :antiperte_cmr

Message ussd :*141*42//.

Le service ANTIPERTE permet à tout usager abonné de marquer ses effets personnels (trousseau de clés, téléphone, appareil photo, portefeuille et autres. La Société s’engage à faire ses meilleurs efforts pour assurer le fonctionnement du Service ANTIPERTE dans les meilleures conditions. Ainsi, il est, « expressément entendu que la Société ne souscrit à l’égard du client qu’une obligation de moyen, en ce sens qu’elle n’entend ni garantir la récupération de l’objet perdu par son propriétaire légitime, ni le bon fonctionnement dudit objet. » La responsabilité de la Société ne saurait être engagée : – en cas d’indisponibilité du Service ANTIPERTE pour des raisons telles que la défaillance du réseau public d’électricité, la défaillance des réseaux câblés de télécommunication, la perte de connexion au réseau
Internet due aux opérateurs publics ou privés, – en cas de dysfonctionnement quelconque.

Une manière de mettre en garde tout personne qui chercherait à saboter la vocation du service Antiperte.