Camerounaises maltraitées en Orient : Les actions menées par le gouvernement

Mme Eno Lafon Emma Vergele, sénatrice RDPC du Nord-Ouest, s’est faite la porte-parole des familles sinistrées, à cause des pires traitements humains infligés aux Camerounaises en Orient. A ce sujet, elle a interpellé le ministre des Relations extérieures (MINREX), sur les dispositions prises par le gouvernement pour limiter ce phénomène. C’était au cours d’une plénière consacrée aux questions orales hier au Sénat.
Face à cette situation alarmante et préoccupante, Lejeune Mbella Mbella a d’abord fait état des dispositions d?ordre diplomatique prises par le Cameroun, sur instructions du chef de l’Etat, en direction des pays régulièrement pointés du doigt. Le Cameroun a donc entrepris des négociations avec ces pays, d’abord pour plus de lumière sur des cas d’abus portés à la connaissance du gouvernement. De plus, des cas de jeunes victimes de traitements atroces ont été régulièrement pris en charge par le gouvernement, tant pour leur traitement que pour leur rapatriement au Cameroun. Au plan interne, en collaboration avec la délégation générale à la Sûreté nationale, des dispositions sont en œuvre pour limiter les voyages des jeunes vers ces pays.
A en croire le MINREX, plusieurs dizaines de jeunes sont systématiquement refoulés de l’aéroport, lorsqu’ils ne présentent pas un contrat de travail en bonne et due forme, qui leur permet formellement de s’engager dans une activité dans un pays donné. Ce système, a souligné le MINREX, porte visiblement des fruits. Mais le gouvernement en appelle à l’implication des parlementaires, pour une sensibilisation renforcée auprès des familles. Car, elles partent généralement de ces milieux parentaux pour poursuivre de généreuses offres d’emploi dans ces pays.