Cameroun: Yves Michel Fotso sous soins intensifs à l’Hôpital Général de Yaoundé

Le détenu du Sed y est interné depuis une semaine. L’Hôpital Général de Yaoundé est de nouveau sous haute surveillance.

Ce, depuis l’hospitalisation le 23 novembre dernier du détenu Yves Michel Fotso. Ce dernier est hospitalisé au pavillon haut standing (3ème étage), situé en face du service d’oncologie de cette structure hospitalière. A partir de l’entrée principale de l’Hôpital Général de Yaoundé, il faut déjà montrer patte blanche pour y avoir accès. Il est 14 heures en cet après-midi ensoleillé du lundi 30 novembre 2015 et, bien que ce soit l’heure des visites, les usagers sont soumis à un interrogatoire au niveau du portail de l’entrée principale. Vaudrait mieux pour le visiteur prononcer le nom de tout autre pavillon que celui du haut standing, où est hospitalisé l’ancien administrateur directeur général de Cameroon airlines (Camair).
Le reporter se trouve obligé de se passer pour un usager ordinaire venu rendre visite à un parent hospitalisé depuis plusieurs jours au pavillon d’oncologie de l’hôpital. Le plus dur reste à faire, une

fois que l’on a atteint l’enceinte de la structure hospitalière. « Toutes les personnalités importantes qu’on amène ici sont toujours transférées au pavillon haut standing. Donc, il faudra aller voir de ce côté-là. Mais, avec tout ce qui se dit sur la santé de Essimi Menye (ancien ministre de l’Agriculture et du Développement rural, ndlr), je ne suis pas sûr que l’accès y soit facile », indique notre source. Fait vérifiés une demi-dizaine de minutes plus tard.
L’accès au couloir du pavillon haut standing est presque inaccessible pour toute personne externe au service. D’ailleurs, la seule présence de trois gendarmes et de deux gardiens de prison en uniforme persuadent tout de suite les éventuels aventuriers. Seuls les médecins en service ici effectuent des va-et-vient entre les salles d’hospitalisation et leurs bureaux. Tout cela, sans mot dire à l’endroit des visiteurs qui déambulent un étage plus bas. Aucune information sur l’évolution de l’état de santé de Yves Michel Fotso, interné dans la chambre. « Il est toujours là et reçoit régulièrement la visite de certaines personnes, notamment celle des membres de sa famille», insiste notre source.
En rappel, alors que Yves Michel Fotso est attendu pour une audience au Tribunal criminel spécial (Tcs) le 24 novembre dernier, sa chaise reste vide. La veille (23 novembre), son état de santé se dégrade alors qu’il est interné à l’infirmerie du Sed à Yaoundé. La dégradation de la santé du détenu, en dépit du suivi médical qu’il reçoit, est constatée par le médecin-colonel Annie Ngamabala, en charge de ladite infirmerie. Celle-ci se voit obligée de transférer Yves Michel Fotso à l’Hôpital Général de Yaoundé. Le détenu a déjà perdu ses capacités immunitaires. Ses proches pointent un doigt accusateur sur la justice camerounaise. « Il est en très mauvais état et à l’heure où je vous parle, n’importe quelle petite infection peut l’emporter. Cela est le résultat de la somme de toutes les pressions exercées sur lui depuis des années. Nous constatons simplement que c’est un rouleau compresseur qui est mis sur pied pour le broyer », s’inquiète l’un de ses proches. Le 13 novembre dernier, une audience a été suspendue au Tcs à la demande pressante de Yves Michel Fotso, victime d’un énième malaise devant la barre.