Cameroun: Une enquête ouverte sur la gestion d’Ama Tutu Muna

L’actuel ministre de la culture Mouelle Kombi sollicite le ministre des Finances pour auditer sur le solde déficitaire de plus de 96 millions de FCFA laissé par sa prédécesseuse.

Audit du compte d’affectation spéciale pour le soutien de la politique culturelle ». C’est l’objet d’une correspondance datée du 21 octobre 2015 que le tout nouveau ministre des Arts et de la culture (Minac), Narcisse Mouelle Kombi, adresse à son homologue du ministère des Finances (Minfi), Alamine Ousmane Mey. A cet effet, Narcisse Mouelle Kombi fraîchement promu à la faveur du réaménagement gouvernemental du 02 octobre dernier écrit au Minfi en ces termes : « le ministère des Arts et de la culture dispose d’un compte d’affectation spéciale pour le soutien de la politique culturelle créé par décret n°2001/389 du 5 décembre 2001.
Au moment où je prends mes fonctions à la tête du ministère des Arts et de la culture, ce compte, doté d’un milliard de francs pour l’exercice 2015 est entièrement consommé et présente un solde débiteur à la paierie générale du Trésor ».
Le Minac poursuit en révélant que, « d’importants décaissements, d’un montant de FCFA 1 096 150 000 y ont été opérés par l’agent comptable. Cependant, l’état récapitulatif des accords en instance de paiement présenté par le Secrétaire permanent de la Commission des arts et Lettres se chiffre à 712 millions de francs pour les exercices 2012 à 2015.

Ce qui implique un niveau d’endettement très élevé du Minac par rapport aux engagements pris sur ce compte spécial ». Narcisse Mouelle Kombi conclut que, « dans la perspective de l’exercice efficace de mes pouvoirs d’ordonnateur et afin de permettre de mieux apprécier la situation de ce compte hors budget, j’ai l’honneur de solliciter son audit par les services compétents du ministère des Finances ».
Théoriquement, le fameux compte d’affectation spéciale destinée à la culture a pour objectif d’encourager l’excellence dans la création, la production et la diffusion des œuvres de l’esprit, encourager la sauvegarde et la valorisation du patrimoine culturel national. La loi qui créait ce
compte espérait aussi apporter une solution à la création ou à la modernisation des organismes de gestion collective. A travers des prêts consentis par les établissements de crédit, le compte d’affectation spéciale devait permettre de décerner des prix aux meilleures œuvres, à l’issue des concours organisés dans les différents genres de création.
Seulement, depuis 2001, de nombreux observateurs martelaient tambour battant que ce compte d’affection n’avait jamais été audité. Du moins pas officiellement. Certains acteurs du showbiz camerounais ont déjà tôt fait de voir en la demande d’audit de Narcisse Mouelle Kombi, une mesure de « prudence ». Une artiste sous anonymat déclare que, « beaucoup vont se calmer maintenant… On saura d’où vient l’argent des guitares du Sycamu… Ici, le Tribunal criminel spécial est compétent et non dans le droit d’auteur … Ici, il s’agit des deniers publics. En tout cas, la justice sera faite ». Dans cette déclaration, l’on lit en été audité. 237online.com Du moins pas officiellement. Certains acteurs du showbiz camerounais ont déjà tôt fait de voir en la demande d’audit de Narcisse Mouelle Kombi, une mesure de « prudence ». Une artiste sous anonymat déclare que, « beaucoup vont se calmer maintenant… On saura d’où vient l’argent des guitares du Sycamu… Ici, le Tribunal criminel spécial est compétent et non dans le droit d’auteur … Ici, il s’agit des deniers publics. En tout cas, la justice sera faite ». Dans cette déclaration, l’on lit en filigrane la source de financement des achats de guitares que l’ex-Minac, Ama Tutu Muna, a pris l’habitude de distribuer aux artistes en partenariat avec le Syndicat camerounais des musiciens (Sycamu) créé par l’artiste Roméo Dicka.