Cameroun: un autre double attentat suicide à Kolofata ce dimanche

Un double attentat suicide attribué à Boko Haram est survenu dimanche matin à Kolofata, localité de l’Extrême-Nord théâtre d’une attaque violente où l’épouse du vice-Premier ministre en charge des Relations avec les Assemblées avait été enlevée avec une quinzaine d’autres personnes en juillet 2014.

Deux femmes se sont fait exploser tôt dans la matinée au quartier Latin de cette petite ville proche de la frontière nigériane, un quartier où se découvre une forte concentration de réfugiés nigérians ayant déserté leurs foyers pour fuir les violences commises par la secte islamiste nigériane, a rapporté une source communautaire.
L’attaque a été confirmée par des sources militaires qui affirment quant à elles que les deux kamikazes ont plutôt visé le principal marché de Kolofata. Aucun bilan n’est pour l’instant avancé.
Le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, également joint, a dit ne pas être informé.
« Ecoutez, c’est vous qui me l’apprenez. Je vais aller vers le ministre de la Défense pour en savoir un peu plus », a-t-il déclaré.
Kolofata est la dernière ville avant Kerawa, localité située à la frontière nigériane et cible également de deux attentats terroristes qui ont causé plus d’une quarantaine de morts et plus d’une centaine de blessés le 3 septembre.

A ce jour, le Cameroun enregistre neuf attentats kamikazes commis sur son sol par Boko Haram en l’espace de trois mois. Les premiers, au nombre de deux aussi, avaient lieu le 12 juillet à Fotokol, autre localité de la frontière nigériane, suivis par deux autres deux semaines plus tard à Maroua, la principale ville de la région de l’Extrême-Nord.