Cameroun-Tunisie: coup de fouet aux échanges

Un forum ouvert hier à Yaoundé par le Mincommerce afin d’explorer les pistes propices à un renforcement des relations d’affaires entre les deux pays.

Depuis plus d’une dizaine d’années, le Cameroun et la Tunisie entretiennent une relation économique marquée par l’exportation du bois, du cacao et de la banane côté Cameroun et l’exportation des produits agroindustriels et autres matériaux de construction côté tunisien. D’après Luc Magloire Mbarga Atangana, ministre du Commerce (Mincommerce), le volume des échanges entre les deux pays a augmenté durant les cinq dernières années. « En 2010, ce volume se chiffrait  à environ 10 milliards de F. Actuellement, il est estimé à près de 15 milliards de F, soit une progression de 50% », a-t-il relevé. Cependant, les deux parties visent mieux, à travers un approfondissement de leur coopération. C’est de cette volonté commune qu’est né le forum économique Cameroun-Tunisie, ouvert hier à Yaoundé. Placé sous le thème : « Renforcer les partenariats d’affaires et la coopération économique et technique », l’évènement a connu la participation d’un important parterre d’hommes d’affaires issus des deux pays. Face à eux, le Mincommerce et le ministre des Affaires étrangères de Tunisie, Khemaies Jhinaoui.
Le discours d’ouverture de Luc Magloire Mbarga Atangana se résumait à cette invite : « le Cameroun est une terre d’attraction, propice à l’investissement ». Pour en convaincre les participants, le cadre réglementaire, les outils d’incitations à l’investissement notamment la loi de sur les incitations à l’investissement privé, le traité sur l’organisation pour l’harmonisation en Afrique des droits des Affaires (Ohada) et les conditions d’accès à son marché ont été présentés par les représentants de l’Agence de promotion des investissements et du Mincommerce. Il en est ressorti que, riche de ses ressources naturelles et de sa position géostratégique, le Cameroun dispose de par son appartenance à la Cemac, à l’Agoa et à l’Union européenne, d’un marché de près d’un milliard de consommateurs.
Jusqu’à ce jour, les hommes d’affaires mobilisés pour la circonstance prendront part à des présentations et ateliers B2B dans le but d’établir des partenariats commerciaux et d’investissement, promouvoir le transfert de technologie et bénéficier du Know-How de la Tunisie. Parmi les secteurs ciblés à cet effet : l’agro-industrie, les énergies renouvelables, les bâtiments et travaux publics. Sur un autre plan, il sera question de mettre en œuvre un accord entre l’Agence des normes et de la qualité (Anor) et l’institut national de normalisation et de la propriété industrielle de Tunisie. Les travaux prennent fin ce jour.
 

Réactions

 

Habiba Djallo Magou: «Nous recherchons des partenariats»

Opérateur économique, secteur agroindustrie

« Nous faisons dans la transformation des produits agricoles en huile de table et autres produits cosmétiques. Notre participation à ce forum vise essentiellement la recherche de partenariats, car nous envisageons de migrer de la toute petite production à une fabrication à grande échelle. Pour ce faire, nous avons besoin de l’expertise tunisienne en matière d’appareils de transformation pour renforcer notre capacité de production. Il est aussi question pour nous d’encourager la consommation des produits locaux, notamment le Karité, le sésame ou encore le neem, sources importantes de vitamines. »

 

Ahmed Araar: « Nous voulons nous informer sur les produits camerounais »

opérateur économique, secteur commerce

« Ma structure est spécialisée dans la fourniture de matières premières jusqu’aux produits finis pour la mise en bouteille notamment des jus de fruits. Nous attendons beaucoup de ce forum. Entres autres, la signature de conventions bilatérales visant à minimiser les taxations douanières entre les deux pays. Nous souhaitons aussi des partenariats dans le domaine de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur pour permettre aux étudiants  camerounais de venir étudier en Tunisie. En retour, nous espérons avoir plus d’informations sur les produits fabriqués aux Cameroun et susceptibles d’intéresser les consommateurs tunisiens.»