Cameroun : trois établissements de microfinance placés sous administration provisoire en 10 mois

Le Camerounais Moïse Nzemen n’est plus le directeur général de la Tontinière nationale. Son agrément de dirigeant de cet établissement de microfinance a été retiré depuis le mois de juillet 2017 par la Cobac, le gendarme du secteur bancaire en Afrique centrale, pendant que les autorités camerounaises, elles, plaçaient l’établissement financier sous administration provisoire, apprend-on de bonnes sources.

La Tontinière nationale devient ainsi la 3ème institution de microfinance à être placée sous administration provisoire au cours des 10 derniers mois. Ceci, après Crédit Mutuel, en décembre 2016, et la Caisse d’épargne et de crédit pour l’entrepreneuriat au Cameroun (Cecec SA), cette année.

Au Cameroun, les institutions de microfinance, en dépit du rôle majeur qu’elles jouent dans l’accès au crédit, demeurent encore très fragiles. Afin de mettre un terme aux dérives managériales généralement observées dans la gestion de ces structures, la Cobac peaufine actuellement de nouveaux règlements visant à en améliorer la gestion.