CAMEROUN :: SEIDOU MBOMBO NJOYA : « NOUS DEVONS PROUVER NOTRE CAPACITÉ D’ORGANISATION »

Qu’est-ce qui explique le choix du Cameroun pour l’organisation du CHAN 2020?
Le Comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF), à partir du moment où il a retiré le CHAN à l’Ethiopie, avait des raisons objectives de considérer le Cameroun comme un recours possible dans les délais courts impartis. Notre pays possède déjà, à l’heure actuelle, un parc d’infrastructures capable d’accueillir une compétition de la dimension du CHAN, qui se joue à 16 équipes et peut se disputer dans deux villes et quatre stades. Mais la CAF n’aurait pas choisi le Cameroun s’il n’avait fait acte de candidature. En concertation avec les plus hautes autorités et en présence du ministre des Sports et de l’Education physique, nous avons porté à la CAF notre volonté d’abriter le CHAN de 2020. Une actualité récente s’est aussi produite : c’est la sentence de la CCA, qui a donné raison à la FECAFOOT face à la requête pour l’annulation du processus électoral introduite par quelques clubs amateurs. Cette décision sort notre football d’une longue période d’incertitude ; cela n’a pas échappé à la CAF d’autant que la nouvelle est tombée pendant que nous étions au Caire pour le tirage au sort de la CAN 2019.

Quels avantages peut tirer le Cameroun de cette compétition ?
Le CHAN 2020 est une formidable opportunité pour le Cameroun et la CAF de procéder à un test grandeur nature avant la CAN 2021. Ce sera l’occasion de prouver notre capacité d’organisation sur tous les plans, aussi bien pour les stades que pour les voies d’accès, les hôtels, etc. Mais le CHAN donne l’occasion de terminer nos chantiers et de roder notre machine en vue de relever le défi de la CAN. Je peux m’avancer à dire que dans ces conditions, nous organiserons certainement la meilleure CAN depuis sa création.

Comment le Cameroun relèvera-t-il le challenge en neuf mois ?
Je dois rappeler qu’à cette date, n’eût été le glissement de date décidé par la CAF, le Cameroun serait en effervescence pour l’organisation de la CAN 2019. Avec le report, il a davantage de temps pour le parachèvement de ses chantiers dont la plupart sont réalisés à 90%. De plus, le CHAN est bien moins exigeant que la CAN et son cahier de charges est moins contraignant, même du point de vue de la CAF. Cela nous met moins de pression certes, mais nous oblige à nous montrer dignes des espoirs de réussite que le monde du football africain en notre pays. En tant qu’association-hôte, la FECAFOOT sera aux côtés de l’Etat pour la réussite de cet événement. Elle apportera aux autorités nationales l’expertise technique et sera l’interface qu’elle a toujours été avec la CAF et le monde du football africain qui sera accueilli au Cameroun .