Cameroun: rivalités dans la famille royale fondjomekwet

Commis pour assassiner Barthélemy Djimgou Kamga…un émissaire du chef passe aux aveux. Les autoritésadministratives du département du Haut-Nkam ont essayé d’interpeller l’autorité traditionnelle pour comprendre les contours de cette « révélation ». Mais, il a pris ses congés, et s’est envolé pour Europe.Il ne fait pas bon vivre au sein des communautés Fondjomekwet du Cameroun ces derniers temps. Presque tous les membres des groupes organisées sont au courant qu’Yves Djoumbissié Kamga, Fo’o des Fondjomekwets’acharne contre Barthélemy Djimgou Kamga, prince du même village, maire de la Commune de Bandja et président du Syndicat des communes du Hauts-Nkam. Reste que Barthélemy Djimgou n’a pas hésité de porter sa casquette de président du cercle des élites Fondjomekwet de Douala, le samedi 05 aout 2017. Une façon pour lui de montrer qu’il reste membre de la communauté, en dépit de la correspondance commise par son frère et chef des Fondjomekwet, le Fo’o Yves Djoumbissié Kamga, pour le suspendre de toutes les «réunions du village».

Une sommation interpellative pour s’indigner

Egalement de sources fiables au niveau de la brigade de gendarmerie de Bandja, un homme qui se présente comme émissaire du chef du village, a avoué été commis pour assassiner Barthélemy Djimgou, au motif qu’il «est rebelle à l’autorité du chef du village». Et que comprendre de cette rébellion ? Certains ressortissants de Fondjomekwet n’apprécie pas le fait que Djimgou Kamga ait fait servir par voie d’huissier une sommation interpellative pour s’indigner du fait qu’un dimanche des serviteurs du chef du village ont pénétré sa concession au motif qu’une partie de cette parcelle devrait être rétrocédé au patrimoine global du village car elle héberge des « objets symboliques et communautaires ». Après cet incident, le sous-préfet de l’arrondissement de Bandja est descendu sur les lieux pour enquête. Un rapport a été transmis à la hiérarchie préfectorale. Cette dernier a demandé, sans succès, au Fo’o Yves Djoumbissié de revenir à des meilleurs sentiments à l’égard de son frère. Des informations puisées à bonne source, loin de convoquer une réunion familiale pour essayer de faire la paix avec son frère, le Fo’o des Fondjomekwet s’est envolé en Europe, dit-on, avec des moyens émanant des 30% qu’il perçoit sur les cotisations du comité

de développement du village. Joint au téléphone, Barthélemy Djimgou Kamga a refusé de livrer des déclarations au sujet de « cette affaire familiale ». Certainement, il remue ses méninges pour améliorer les conditions de vie des populations de la commune de Bandja.Ces prouesses ne sont pas accueillies…

Surtout que depuis 2014, il ne cesse de récolter des lauriers sur la scène nationale et internationale. Tout ceci lié à son engagement pour la promotion de la décentralisation à travers la bonne gouvernance locale et le développement durable. C’est ainsi que courant le mois de mai 2017, il a été couronné pour la troisième consécutive par le comité scientifique du prix de l’excellence africaine comme meilleur manager communal du Cameroun et coopté comme membre honoraire de cette organisation panafricaine. Curieusement, ces prouesses ne sont pas accueillies favorablement par certains de ces proches, en occurrence son frère, le Fo’o Yves Djoumbissié Kamga de Fondjomekwet. Celui-ci serait même engager à s’opposer au renouvellement du mandat de Dimgou Kamga comme maire de la commune de Bandja. D’ailleurs courant 2015, lors des opérations de renouvellement des organes de base du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), Yves Djoumbissié Kamga n’a jamais été favorable à la candidature de Barthélemy Djimgou Kamga à la tête de la section locale du parti de Paul Biya. Et ce n’est pas tout. Chaud devant !