Cameroun – Révélation: 900 enfants victimes de violences sexuelles au Cameroun en quinze mois

Ces chiffres ont été révélés à l’issue d’une étude du Cercle International pour la Promotion de la Création (CIPCRE).

L’étude du CIPCRE a été  menée entre janvier 2015 et juin 2016 et les chiffres donnent froid au dos. Plus de 900 enfants ont été victimes de violence sexuelle en l’espace de quinze mois. Selon le Quotidien Emergence, édition du 9 août 2016, les Régions les plus touchées par ce fléau sont le Centre, l’Ouest et le Nord-Ouest. En donnant ces chiffres la semaine passée, le CIPCRE rendait publics les résultats de ses investigations pour la période 2015-2016. C’était au cours d’un atelier de vulgarisation et de réflexion autour de la nouvelle loi pénale sur la lutte contre les violences sexuelles et des discriminations sexistes, nous fait savoir le Quotidien Emergence.

Pendant les travaux de cet atelier, parole a été donnée aux responsables du CIPCRE pour montrer l’ampleur du problème. Selon ces responsables, cités par le journal Emergence, «de janvier 2015 à juin 2016, 475 cas de violences sexuelles faites aux enfants ont été dénoncés directement au CIPCRE (36 cas ont moins de 7ans, et 100 environ, moins de 14 ans, 106 ont une grossesse à la suite des faits, 6 ont perdu leur vie, 144 ont des blessures graves, 49 ont choppé une MST/IST),  519 autres cas de violences sexuelles ont été dénoncés auprès des leaders locaux, formés par le CIPCRE». Les auteurs de ces forfaits, à en croire le rapport du CIPCRE, viennent rarement de loin. «C’est le plus souvent un proche de l’enfant et à qui il fait confiance», souligne le document.

Au regard de ces constats alarmants, des stratégies ont été mises sur pied par le CIPCRE pour améliorer cet état des choses, nous apprend Emergence.  Ceci en créant un environnement juridico social protecteur des enfants dans les Régions les plus touchées, que sont le Centre, l’Ouest et le Nord-Ouest. Selon Emergence, ce programme du CIPCRE dénommé «projet de renforcement du cadre de protection et de réhabilitation des enfants à risque et des victimes sexuelles» porte déjà des fruits avec le nouveau Code pénal qui intègre désormais la définition du viol faite par le CIPCRE.